La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 165,39
    +4,75 (+0,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Bonus écologique: cette injustice qui plombe les petites marques françaises

Challenges - N. Meunier

Le gouvernement français a annoncé son soutien aux voitures électriques, avec le prolongement du bonus écologique. Mais son plan oublie les quadricycles, citadines légères majoritairement fabriquées en Europe… Une injustice qui favorise les modèles électriques chinois à bas coût.

Lors du Mondial de l’Automobile, Emmanuel Macron a réaffirmé son soutien à la vente de voitures électriques. Le bonus gouvernemental pour ces modèles, qui baissera de 6.000€ à 5.000€ l’an prochain (toujours avec un maximum de 27% de prix d’achat), est maintenu alors que de plus en plus de pays limitent drastiquement leurs aides aux voitures électriques. Le Président a même affirmé que son montant serait porté à 7.000€ pour "la moitié des ménages les plus modestes". Les conditions ne sont pour l’instant pas annoncées. Il y a fort à parier que ce soit un effet d’annonce, les foyers concernés n’ayant sans doute, pour la plupart, pas les moyens de s’offrir une voiture neuve. Mais le symbole est fort.

Bercy cherche à encourager la voiture électrique et ne s’en cache pas. Mais le gouvernement laisse pourtant sur le carreau une part de l’industrie automobile, dont les principaux représentants sont français. Car le bonus accordé aux voitures électriques ne concerne pas les quadricyles. Cette catégorie administrative, divisée en deux sous-catégories (quadricycles légers L6e, c’est-à-dire les voitures sans permis et quadricycles lourds L7e, avec permis), est une spécialité française, liée à une réglementation historiquement favorable, qui a permis l’émergence des voitures sans permis à la fin des années 1970. Même les grands constructeurs tricolores s’y sont mis, avec les Renault Twizy et Ami. Pourtant, le bonus écologique se limite à 900€ pour ce genre de véhicules.

Jusqu’ici, les quadricycles ne représentaient qu’une niche de marché, avant tout destinée aux personnes n’ayant pas le permis de conduire. Les dernières semaines ont révélé que la catégorie était en train de changer de dimension, sous l’impulsion de la motorisation électrique. De plus en plus de constructeurs, souvent débutants, choisissent la catégorie des quadricycles lourds pour créer des alternatives aux citadines électriques. Les contraintes d’homologation beaucoup moins lourdes que pour les "vraies" voiture[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi