La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 916,64
    +199,55 (+0,59 %)
     
  • Nasdaq

    11 527,48
    +133,67 (+1,17 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0867
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    21 317,43
    +175,37 (+0,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,04
    +7,24 (+1,40 %)
     
  • S&P 500

    4 053,59
    +35,82 (+0,89 %)
     

Les bons plans pour votre épargne en 2023 selon le groupe Cyrus

@CyrusGroupe

INTERVIEW - "Soyez actif quand les autres sont craintifs!" C'est le conseil de Meyer Azogui, PDG de Cyrus, un conseil en gestion de patrimoine qui gère près de 10 milliards d'euros qui lui ont été confiés par des particuliers, riches ou aisés. Hausse des taux, inflation, baisse des marchés boursiers et interrogations sur la solidité de la pierre, 2023 peut faire peur mais est aussi porteur de beaucoup d'opportunités... à condition de savoir comment les saisir. Voici les recommandations pour 2023 d'un des meilleurs spécialistes français du patrimoine.

Challenges: Est-ce que tout va si mal qu’on le dit? Comment voyez-vous la situation, du point de vue de l’épargnant?

Meyer Azogui, PDG de Cyrus: Tout ne va pas mal. Il y a même pas mal de choses qui vont bien. Parmi elles, il y a la stabilité fiscale. C’est sans doute la première fois depuis longtemps que les règles fiscales sont aussi stables. On est bien loin du quinquennat de François Hollande, sans doute le plus perturbé sur ce point. Ensuite, on a assisté à une "retailisation" des produits d’épargne sophistiqués. C’est-à-dire que les particuliers ont accès à une gamme de plus en plus large de placements très rémunérateurs, auxquels n’accédaient jusqu’alors que les spécialistes.

Lire aussiPouvoir d'achat, impôts, prestations sociales... Qui a profité des années Macron?

Mais les marchés boursiers ont été très perturbés, l’an dernier, et sont encore nerveux…

Oui, mais vous voyez cela comme un motif d’inquiétude, moi j’y vois des opportunités. Le marché obligataire s’est effondré l’an dernier, à cause de la hausse des taux d’intérêt. Mais cela ouvre des possibilités fabuleuses aux épargnants. En Bourse, on pense notamment qu'il faut revenir sur les technos, qui ont été massacrées l'an dernier. Et aussi sur les sociétés de croissance et les petites capitalisations: aujourd'hui, dans ce secteur, on voit des sociétés cotées qui sont valorisées la moitié de ce que valent leurs homologues non cotées. Et puis, côté obligations, il y aussi beaucoup à faire, avec de très belles entreprises, qui ont besoin de lever des capitaux, et qui offrent des rendements de 6 à 6,5% par an à leurs souscripteurs. Intéressant quand on se dit que l’inflation ne sera pas toujours aussi forte qu’aujourd’hui…

Les fonds en euros des contrats d’assurance-vie ont aussi fait un retour remarqué. Comment l’expliquez-vous?

On ne peut pas encore parler de renouveau, mais il y a un certain retour en grâce de ces fonds que les assureurs avaient délaissés, pour pousser les épargnants à souscrire leurs u[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi