La bourse ferme dans 5 h 39 min

Est-ce une bonne idée d'acheter des actions de la Française des jeux bientôt privatisée ?

Thomas Chenel

Le Super LOTO de la Française des jeux FDJ, à Boulogne-Billancourt, le 10 avril 2018. Alain Apaydin/Abacapress.com 

La Française des jeux (FDJ) lance son introduction en Bourse ce jeudi 7 novembre, dans le cadre de la privatisation de l'opérateur public de jeux d'argent et de hasard. L'Etat compte ainsi céder un nombre maximum de 99 320 000 actions de l'entreprise, représentant jusqu'à 52% de son capital. Les particuliers pourront acquérir ces titres jusqu'au 20 novembre 2019, avec un seuil minimum de souscription de 200 euros, soit un peu plus d'une dizaine d'actions achetées dans la mesure où elles seront vendues avant décote entre 16,50 euros à 19,90 euros par action.

Via cette opération, l'Etat, qui détient actuellement 72% de la FDJ, compte ramener sa participation à 20%. Bruno Le Maire avait déclaré dans Le Journal du Dimanche qu'il souhaitait "que cette privatisation soit un succès populaire et que le plus grand nombre y participe". L'acquisition de titres de l'opérateur public, spécialisé dans la loterie, les jeux de grattage et de tirage ainsi que les paris sportifs, peut présenter des avantages. 

Les futurs actionnaires "pourront ainsi bénéficier du partage des fruits de sa croissance, grâce à une politique de dividende attractive, dont l’objectif est de distribuer 80 % du résultat net dès 2020", assure Stéphane Pallez, le PDG de la FDJ, dans un communiqué.

"Pour les particuliers, (...) une action gratuite sera accordée pour dix actions achetées, si ces actions sont conservées 18 mois. Je souhaite par ailleurs qu'une décote de 2% sur le prix de l'action achetée soit appliquée", avait détaillé Bruno Le Maire. "Acquérir des actions de la FDJ peut être intéressant pour diversifier son portefeuille d'actifs", estime Alexandre Baradez, responsable de l'analyse des marchés chez le courtier IG…

>> LIRE LA SUITE SUR BUSINESS INSIDER

Lire aussi : Thierry Bolloré, victime collatérale de 'l'affaire Carlos Ghosn', est débarqué de Renault

Aussi sur Business Insider