Marchés français ouverture 1 h 17 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,2101
    +0,0018 (+0,15 %)
     
  • HANG SENG

    29 525,92
    +663,15 (+2,30 %)
     
  • BTC-EUR

    30 349,38
    +176,39 (+0,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    721,80
    -13,34 (-1,82 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Bonne année 2021 pour le malus auto qui explose, en attendant la taxe au poids

·2 min de lecture

Au premier janvier, le malus augmente. Les familiales compactes vont être frappées de plein fouet. Au grand dam du "made in France". Au 1er juillet, les bonus pour les électriques vont baisser. En 2022, ce sera pire ! En attendant la surtaxe au poids.

Automobilistes, l’Etat vous attend au tournant dès le premier janvier ! En effet, Et 2022 sera pire ! Pour fêter ses treize ans, l’écotaxe montera jusqu'à 30.000 euros l'année prochaine (pour des véhicules rejetant plus de 219 grammes de CO2/km), contre 20.000 euros en 2020. Et ce, en attendant de passer à 40.000 euros l’année suivante, 50.000 euros en 2023. Ce plafond plus élevé s'accompagnera d'un plancher plus bas. Le gouvernement a imposé, malgré l’opposition du Sénat, un seuil de déclenchement du malus beaucoup plus bas, sur des voitures rejetant 133 grammes de CO2 au kilomètre en 2021 (contre 138 grammes en 2020). 5 grammes, ce n’est pas rien.

Une berline compacte à essence sans prétentions comme la Renault Mégane sera ainsi taxable désormais (75 à 100 euros selon les spécificités) avec son petit moteur TCe 115 (Zen). Un SUV familial compact comme le Peugeot 3008, avec son plus petit moteur disponible de 130 chevaux (finition GT), écopera de 360 euros de malus (au lieu de 240 euros). Un DS7 Crossback (Pure Tech 180, So chic) sera frappé d’un impôt de 1.172 euros (au lieu de 740 euros). Le monospace Renault Espace (dCi 200) doit pour sa part carrément passer de 2.726 euros de malus en 2020 à 3 784 euros en 2021. Les constructeurs ont d’ailleurs en conséquence supprimé la plupart de leurs motorisations hautes, se polarisant en France sur les plus petites.

Un tiers des véhicules touchés

Le paradoxe veut que ce soient les familiales qui trinquent. Et ce, alors qu’elles sont souvent produites en France (Peugeot 308, 3008, 508, 5008, Citroën C5 Aircross, DS7 Crossback, Renault Scénic, Espace, Talisman). Selon Nicolas Le Bigot, le délégué aux affaires environnementales du Comité des constructeurs français d'automobiles, le malus devrait toucher au total "un tiers des véhicules vendus en France en 2021, contre 24 % cette année". Plus sévère en France que dans la moyenne des pays européens, ce malus sera étendu aux modèles rejetant 128 grammes de CO2 ou davantage en[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi