La bourse est fermée

Bonheur au travail, une politique d'entreprise qui a le vent en poupe

Une vie professionnelle épanouie ? Bien sûr que c'est possible ! La tendance “happy at work” fait des émules du côté des salariés comme des entreprises. Bienvenue dans un monde où l'humain (re)devient capital !

Et si on rêvait un peu ? Imaginez une entreprise peuplée de salariés heureux et enthousiastes... Une utopie bobo loin des préoccupations des boîtes “sérieuses” ? Détrompez-vous. Nombre d'entreprises françaises s'emploient depuis quelques années à redonner le sourire à leurs salariés. Une tendance fondée sur des raisons moins humanistes que stratégiques : une personne satisfaite est moins absente, plus créative, plus engagée et... de 12 à 15% plus productive.

Dès 2010, Laurence Vanhée fut l'une des premières à s'intéresser à cette nouvelle forme de management bienveillant. Autoproclamée DG du bonheur au sein de la sécurité sociale belge, cette DRH met en place une politique de bien-être aux résultats spectaculaires : démissions en chute libre (- 75%), taux d'absentéisme en forte baisse (- 26%), productivité améliorée de 20%, candidatures spontanées en hausse massive (+ 500% par an).

Nommée DRH de l'année 2012, Laurence Vanhée fait aujourd'hui figure d'exemple auprès des dirigeants convaincus que le management par le plaisir représente l'avenir. Et qui voient en elle un coach crédible pour les accompagner dans cette transformation positive grâce à son cabinet, Happyformance.

>> A lire aussi - Ces boîtes qui favorisent le bien-être au travail

Remettre l'humain au centre de l'entreprise, c'est aussi le métier de Vincent Barat, cofondateur d'Akoya Consulting, un cabinet de conseil en stratégie très demandé en ce moment : “Dans les années 1990, les entreprises étaient obsédées par les process, analyse le coach. Dans les années 2000, on s'est recentré sur le client. Depuis quatre ans, l'humain est au cœur des préoccupations. On parle collaboration, intelligence émotionnelle, sens, perspectives... “Avec raison, affirme Vincent Barat : “Les (...) Cliquez ici pour voir la suite