La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 876,28
    +361,54 (+1,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Son bon au porteur acheté à un colonel roumain vaudrait aujourd'hui une fortune

Un habitant d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), âgé de 82 ans, s'est engagé dans une vaste bataille avec l'État roumain. Comme le relate Le Parisien, cet ancien conseiller juridique et homme d’affaires a en sa possession un bon au porteur sur lequel figure le montant "500 Franci Aur", soit 500 francs or, un petit bout de "dette publique de la Roumanie".

Ce document, édité en 1929, a été racheté pour 300.000 euros par le retraité francilien en 2018 auprès "d’un colonel roumain qui les possédait de famille". Aujourd'hui, il souhaite le paiement de ce bon et estime sa valeur à 115 millions d’euros. Pour cela, il a saisi l'ambassade de Roumanie par le biais de son avocat. Sans retour pour l'instant.

Pour estimer la valeur de son bon, l'octogénaire s'est appuyé sur le taux d’intérêt mentionné dessus. "C’est ce qui fait qu’au bout de toutes ces années, ce bon au porteur, à la valeur intrinsèquement faible, représente une somme aussi colossale", explique au Parisien Me Grégory Levy. Le détenteur du bon a même fait appel à une société financière roumaine spécialisée qui a estimé la transaction à 115.887.000 euros.

Depuis 2020, plusieurs institutions roumaines se renvoient la balle. La Banque nationale de Roumanie affirme ne pas avoir émis ce bon, mais qu'il s'agissait de "l'État roumain via le ministère des Finances". Début 2022, le Francilien s'est donc tourné vers l'ambassade. En vain. "L’ambassade de Roumanie ne nous dit même pas qu’elle refuse de les payer, regrette-t-il. Elle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Législatives : l’affiche de campagne de l’Union populaire projette un Mélenchon Premier ministre
Gaz russe : Gazprom suspend ses livraisons à la Pologne et à la Bulgarie
Vente à la sauvette : vaste opération de police au pied de la Tour Eiffel
Orne : la municipalité lance un appel à témoins pour récupérer ses bancs publics volés
L'Australie se prépare à une guerre potentielle avec la Chine

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles