La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 764,91
    -249,08 (-1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Boiron est attendu au tournant sur les fusions acquisitions : le conseil Bourse

Chabe01/Wikimedia

Boiron reprend son souffle à la Bourse de Paris. Après avoir très bien résisté aux turbulences de marchés et inscrit un nouveau pic annuel à plus de 48 euros, l’action a perdu un peu de terrain suite à la publication de comptes semestriels “quelque peu faibles, même si pour Boiron, c’est surtout le second semestre qui est important, puisqu’il génère les deux tiers du résultat opérationnel”, relève Stephan Dubosq, analyste chez Kirao Asset Management, interrogé par Capital, qui note en outre “l’absence de guidance (objectif financier, NDLR) chiffrée”.

L’action Boiron ayant bien résisté cet été, elle a subi “quelques prises de bénéfices logiques”, tandis que le groupe reste “toujours attendu sur les catalyseurs de croissance (un déploiement à l’international est espéré par le marché) et les opérations de fusions et acquisitions, afin d’enrichir le portefeuille de nouveaux produits”, souligne l’expert. De notre côté, nous observons que Boiron se paie en Bourse près de 16 fois les profits attendus pour 2023, ce qui est loin d’être excessif, au vu des positions de leadership du géant lyonnais, de son imposante trésorerie et des qualités défensives de son activité (peu sensible aux caprices de la conjoncture économique).

Du point de vue de l’analyse technique, la publication un peu décevante des comptes semestriels a ramené l’action sous sa moyenne mobile à 50 jours (qui faisait office de support ascendant dynamique), mais la tendance de fond reste à ce stade positive à horizon moyen (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La filiale de BNP Paribas Nickel se lance en Belgique et au Portugal
Le CAC 40 dans l'attente des chiffres de l'inflation aux États-Unis, la chute des prix du gaz en soutien
Stuart : la plateforme de livraison soupçonnée de recourir au travail au noir
Pénurie : quels sont les dix produits les plus touchés des rayons des supermarchés ?
M6 (Métropole Télévision) “pourrait réussir à se marier à TF1” : le conseil Bourse