La bourse ferme dans 7 h 3 min
  • CAC 40

    6 667,47
    +54,71 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 121,33
    +32,03 (+0,78 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,03 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1892
    +0,0017 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    1 810,10
    -7,10 (-0,39 %)
     
  • BTC-EUR

    33 556,22
    -1 839,59 (-5,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    970,02
    +20,12 (+2,12 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,09
    -0,86 (-1,16 %)
     
  • DAX

    15 601,40
    +57,01 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    7 098,14
    +65,84 (+0,94 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,62 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 781,02
    +497,43 (+1,82 %)
     
  • HANG SENG

    26 235,80
    +274,77 (+1,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,3930
    +0,0024 (+0,17 %)
     

Boeing va devoir inspecter ses 737 après la découverte d'un dysfonctionnement

·1 min de lecture

Décidément, les ennuis s'accumulent chez Boeing. Le dernier en date concerne les 737, rapporte Reuters. La Federal Aviation Administration (FAA) a demandé jeudi 15 juillet à l'avionneur américain d'inspecter 2.502 appareils immatriculés aux Etats-Unis et 9.315 dans le monde en raison d'un possible dysfonctionnement de leurs commandes de pressurisation.

Une alerte avait été lancée en septembre 2020, après la découverte d'une défaillance des pressostats, qui mesurent les taux d'oxygène de la cabine, sur trois Boeing 737. "En l'absence d'un tel dispositif, le personnel navigant pourrait être alerté trop tard du manque de pression de la cabine, cette dernière pouvant mener à la perte de conscience des pilotes à cause du manque d'oxygène et, finalement, à la perte de contrôle de l'appareil. Un tel dysfonctionnement demande donc d'agir immédiatement ", a insisté la FAA dans son communiqué, relayé par Les Échos.

>> A lire aussi - Boeing 787 Dreamliner : des problèmes de fabrication identifiés sur le nez de l’appareil

Si aucune défaillance n'a été observée depuis sur un 737, la FAA a demandé à Boeing d'effectuer ces inspections dans les 2.000 heures de vol depuis le dernier test des pressostats, ou dans les 90 jours suivant la date d'entrée en vigueur de la directive. Une enquête avait révélé, en mai dernier que "le taux de défaillance des deux commutateurs est beaucoup plus élevé que prévu et pose donc un problème de sécurité". Boeing s'était refusé à donner le taux d'échec.

>> A lire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

États-Unis : un restaurant offre une "journée de gentillesse" à ses employés
Un chef d’entreprise condamné à trois ans de prison pour avoir détourné l’argent du chômage partiel
"En tant que femme, tu as déjà une carrière exceptionnelle !" La RATP condamnée pour discrimination sexuelle
Smartphone : Le géant chinois Xiaomi prend la deuxième place et dépasse Apple
Stellantis vs Renault, Bitcoin, variant Delta, inflation... : au programme de la newsletter Momentum

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles