Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 913,74
    +138,36 (+0,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,0653
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • Gold future

    2 411,10
    +13,10 (+0,55 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 352,77
    +1 101,18 (+1,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 379,58
    +66,96 (+5,10 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,17
    +0,44 (+0,53 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 260,50
    -341,00 (-2,19 %)
     
  • S&P 500

    4 962,54
    -48,58 (-0,97 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2369
    -0,0070 (-0,56 %)
     

Boeing sous pression : l'agence européenne de sécurité aérienne menace de retirer ses approbations

Pixabay

Boeing dans le collimateur de l’AESA. L’Agence de l'Union européenne pour la sécurité aérienne a fait savoir, par la voix de son directeur exécutif par intérim, Luc Tytgat, que les approbations accordées au constructeur aéronautique américain pour la production d’avions pourraient lui être retirées, «si nécessaire». Et pour cause, Boeing doit essuyer les plâtres après plusieurs polémiques touchant ses appareils, rapporte investing.com, le 14 mars 2024. L'incident le plus marquant s’est produit le 5 janvier dernier. Un 737 Max 9 avait vu une pièce de son fuselage se détacher lors d’un vol.

La semaine passée, déjà, l’administration américaine de l’aviation civile, la célèbre FAA, avait dévoilé que son audit chez Boeing et son fournisseur Spirit AeroSystems avait été peu concluant. Ainsi, la production de 737 Max poserait des problèmes et comporterait des manquements, notamment en matière de contrôle qualité.

Au-delà du problème même de Boeing se pose la question des contrôles. En effet, la FAA et l’AESA sont convenues que les différentes approbations de sécurité délivrées par l’une des deux agences seraient reconnues par l’autre. Cependant, si l’une des deux exprime des doutes, elle peut être amenée à vérifier elle-même ce qu’il en est. En cas d’échec des consultations, elle peut même demander à suspendre les certifications.

Cela ne devrait pas être le cas de Boeing, pour le moment. «Nous ne voyons pas pourquoi [la certification] ne pourrait pas être maintenue pour l'instant. Il (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Iliad vise les sommets : objectif 10 milliards d'euros de CA et la 5e place en Europe d'ici 2024
AstraZeneca s'empare de la biotech française Amolyt Pharma pour un milliard de dollars
«Top chef» : ces 6 chefs lauréats de l'émission à qui tout réussit
Mr Bricolage souffre de la faiblesse de la rénovation et de la construction, chute des profits
Air France-KLM : bataille judiciaire sur les aides d’État de la crise du Covid-19