La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    25 527,37
    -106,93 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1843
    -0,0020 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    26 486,20
    +34,66 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    15 472,79
    -80,28 (-0,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    363,78
    +2,35 (+0,65 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     

Le Boeing 737 MAX redécolle, mais garde du plomb dans l'aile

·2 min de lecture

Un coin de ciel bleu, après dix-huit mois de cauchemar. Un an et demi après son interdiction de vol, à la suite des deux crashes de Lion Air et Ethiopian (346 morts), le 737 MAX va reprendre les airs. La FAA (Federal Aviation Administration), le régulateur américain de l'aérien, doit donner son feu vert, mercredi 18 novembre, à la reprise des livraisons du monocouloir de , après plus de 1.400 vols et 3.000 heures de tests. Les conditions sont drastiques : l'avionneur devra profondément modifier le logiciel de vol de l'appareil, en cause dans les deux accidents, et les pilotes devront effectuer de nouvelles formations en simulateur, qui prendront plusieurs mois. Mais les compagnies aériennes se mettent déjà en ordre de bataille pour reprendre leurs vols commerciaux de 737 MAX. American Airlines a fait part de son intention d'utiliser à nouveau l'appareil dès le 29 décembre. La low-cost Southwest Airlines, qui dispose de la plus grosse flotte de MAX au monde, évoque quant à elle le deuxième trimestre 2021.

Après dix-huit mois d'une crise inédite , ce retour en service est évidemment une bonne nouvelle pour Boeing. Mais l'avionneur américain, , aurait tort de se réjouir trop vite. D'abord, la décision de la FAA ne concerne que les compagnies américaines. Pour pouvoir reprendre les livraisons dans les autres pays, Boeing va devoir attendre d'avoir l'aval des différents régulateurs locaux. Or ceux-ci ne sont pas forcément pressés de donner leur imprimatur. Le régulateur chinois, la CAAC, qui avait été le premier à clouer l'appareil au sol, n'a pas encore donné de date pour un possible redémarrage des livraisons dans l'empire du Milieu. Quant à l'EASA, l'agence européenne de sécurité aérienne, elle a indiqué que l'avion lui semblait désormais sûr, mais n'a pas encore donné son autorisation officielle de reprendre les livraisons.

830 avions à remettre à niveau

Autre défi, et de taille : Boeing va devoir mettre à niveau tous les 737 MAX déjà assemblés. Le groupe avait déjà [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi