La bourse est fermée

Boeing 737 MAX : un avion "conçu par des bouffons supervisés par des singes" selon un employé

BOEING 737 MAX : UN AVION "CONÇU PAR DES BOUFFONS SUPERVISÉS PAR DES SINGES" SELON UN EMPLOYÉ

Plusieurs salariés du constructeur américain se sont vantés de pouvoir mentir au régulateur aérien pour faire certifier le bimoteur. Ces documents risquent de compliquer la remise en service de l'avion.

Chaque jour apporte son lot de révélations dans la crise du 737 MAX. Le Congrès américain a divulgué dans la nuit de jeudi 9 à vendredi 10 janvier d'anciens messages internes de salariés de Boeing dénigrant le régulateur de l'aérien américain. Des documents qui risquent d'abîmer un peu plus les relations avec les autorités et compliquer la remise en service du 737 MAX. Dans ces communications transmises en décembre aux parlementaires américains par le constructeur aéronautique, des employés se vantent de pouvoir faire certifier le 737 MAX avec un minimum de formation pour les pilotes.

Ils y font état des problèmes rencontrés avec les simulateurs, qui reproduisent les conditions de vol réelles, explique l'avionneur, dans un communiqué. "Je n'ai toujours pas été pardonné par Dieu pour ce que j'ai dissimulé l'an dernier", écrit un de ces employés dans un message de 2018, en référence aux interactions avec le régulateur. "Je sais mais le régulateur n'a que ce qu'il mérite après avoir cherché à s'immiscer dans nos affaires. Il ralentit le progrès", écrit un autre en août 2015. "Cet avion est conçu par des bouffons, qui, en retour, sont supervisés par des singes", dit un autre dans un message de 2017, semblant parler de la FAA.

Souci de transparence

"Mettrais-tu ta famille dans un simulateur MAX ? Non je ne le ferais pas", dit un employé à un collègue dans un autre échange. "Non," lui répond aussi ce dernier. Ces messages ont été révélés par des parlementaires américains qui enquêtent sur la procédure d'homologation du 737 MAX, dont deux accidents rapprochés ont fait 346 morts. "Certaines de ces communications ont trait au développement et à la qualification des simulateurs du Boeing 737 MAX en 2017 et 2018", a réagi Boeing, ajoutant les avoir transmises lui-même aux parlementaires par souci de "transparence".

Et d'ajouter : "Certaines de ces communications contiennent un langage provocateur et, dans certains...

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

5 cas pratiques pour vous aider à résoudre les conflits au travail
Le loyer ridicule que verse Gabriel Matzneff dans le quartier Latin
Grève SNCF : une réduction de 50% en février pour les abonnés
La séance de Bourse : tout ce qu’il faut savoir aujourd’hui
Pour Carlos Ghosn, la justice du Japon est comparable à celle de la Corée du Nord