La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,35 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0262
    -0,0064 (-0,62 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +3,40 (+0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    23 748,62
    -311,41 (-1,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -0,21 (-0,23 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,35 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,29 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,68 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,22 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2133
    -0,0069 (-0,57 %)
     

Boeing étrenne sa fusée lunaire au coût exorbitant

Nasa/Ben Smegelsky/Cover Images/Sipa

Le lanceur destiné au retour des astronautes américains sur la Lune à l'horizon 2025 coûtera plus de 4 milliards de dollars partir à la Nasa.

A force de guetter le premier vol orbital du Starship/Super Heavy de SpaceX, espéré cette année, le microcosme du spatial en avait presque oublié l'autre fusée géante qui s'apprête à décoller des Etats-Unis: le SLS (Space Launch System) de la Nasa. Selon les dernières prévisions de l'agence spatiale américaine, le vol inaugural de ce lanceur monumental, en grande partie développé par Boeing, est prévu entre le 23 août et 6 septembre, depuis le Kennedy Space Center de cap Canaveral, le site de lancement mythique des fusées Saturn V du programme Apollo.

SLS, haut d'une centaine de mètres et d'un poids au décollage de 2.600 tonnes, est un programme stratégique pour l'Oncle Sam. C'est ce géant surpuissant, largement inspiré de Saturn V, qui doit permettre le retour des astronautes américains sur la Lune à l'horizon 2025, dans le cadre du programme Artemis. Le calendrier initial, imposé par Donald Trump en 2019, prévoyait ce retour de la Nasa sur la Lune en 2024. Cet objectif ne sera pas tenu. Le vol de cet été, Artemis 1, ne sera qu'un tir de démonstration: SLS mettra sur orbite une capsule Orion, sans astronaute, qui fera le tour de la Lune avant de revenir sur Terre. Artemis 2, annoncé pour 2024, fera de même avec quatre astronautes à bord. C'est Artemis 3, prévu au mieux en 2025, qui doit marquer le retour des astronautes américains sur le sol lunaire.

Six ans de retard

Artemis marque-t-il le retour en force de Boeing face à SpaceX, l'entreprise d'Elon Musk? Pour l'instant, il a surtout montré les difficultés du géant américain, et de son client la Nasa, à tenir leurs objectifs de délais et de coûts. Le premier vol de SLS était prévu en 2016: du fait d'énormes difficultés de développement, il sera effectué avec six ans de retard. Quant au montant du programme, il se révèle aussi monumental que la fusée. Selon les calculs de l'inspecteur général de la Nasa, sorte de Cour des comptes interne, le coût d'un tir de SLS, avec la capsule Orion, est estimé à 4,1 milliards de[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles