La bourse ferme dans 6 h 11 min

BNP Paribas, Société générale… nos banques menacées par l'impact du coronavirus ?

Alors que la pandémie de coronavirus se propage, nos banques sont à la peine… et leurs notes risquent d’être bientôt abaissées par les agences de notation. Avec la mise en confinement d’un nombre croissant de pays en Europe, l'activité économique se retrouve logiquement sous pression. A cet égard, l’Insee a annoncé que l’activité dans l’Hexagone avait plongé de 35%. Cela a bien sûr un impact majeur sur le secteur bancaire, bien que les autorités prennent des mesures pour en atténuer les conséquences.

Pour ce qui est des perspectives de nos banques, “tout dépend de la durée de la période de perturbation du coronavirus et du degré de réaction des gouvernements”, juge Justin Bisseker, analyste banques européennes chez la société de gestion Schroders. “Nous avons vu une myriade de réponses gouvernementales annoncées dans toute l'Europe : reports de paiement d'impôts, moratoires sur la dette, garanties de crédit, etc. pour atténuer les effets de la crise. Nous avons également vu les banques centrales réduire les taux d'intérêt, diminuant ainsi le coût des emprunts à court terme”, souligne l’expert. Certaines banques sont mieux placées que d'autres pour surmonter cette crise, qui fait peser des risques “clairement élevés”, mais il juge peu probable qu'un plan de sauvetage sectoriel soit imposé aux actionnaires.

>> Notre service - Faites des économies avec notre comparateur d'Assurances de Prêt Immobilier

Le crédit va-t-il s’assécher en Europe ?

La crise en cours apportera son lot de faillites, en dépit des mesures de soutien de l’Etat. Pour nos banques, les pertes sur prêts accordés augmenteront. Alors que de nombreux gouvernements européens ont lancé des systèmes de garantie jugés essentiels pour éviter un assèchement du crédit, ces systèmes “ne compenseront pas totalement l'impact de la crise sur les pertes de crédit. En règle générale, la banque prend en charge environ 20% des pertes et l'État environ 80%”, rapporte Justin Bisseker, qui ajoute que les mesures exceptionnelles

(...) Cliquez ici pour voir la suite

"La chaleur humaine et le relationnel manquent dans les affaires"
Grande distribution : le mystère du florissant Système U
EDF, Engie, Renault… pas de dividende pour les entreprises dont l’Etat a des actions ?
Bonne nouvelle : les prestations sociales tomberont deux jours avant
Les fonds spéculatifs veulent profiter de la déroute des entreprises fragilisées