La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 652,81
    +630,77 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    15 351,99
    +97,94 (+0,64 %)
     
  • Nikkei 225

    27 753,37
    -182,25 (-0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1301
    -0,0022 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    23 788,93
    +130,01 (+0,55 %)
     
  • BTC-EUR

    50 144,94
    -1 236,55 (-2,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 439,55
    +0,67 (+0,05 %)
     
  • S&P 500

    4 579,84
    +66,80 (+1,48 %)
     

BMW s’électrifie mais trouve "absurde" que l’Europe sacrifie les moteurs thermiques

·2 min de lecture

Bruxelles doit "accepter les véhicules qui ne soient pas 100% électriques", affirme Nicolas Peter, directeur financier de BMW, à Challenges. BMW est pourtant engagé dans une politique forte d'électrification de ses modèles, incluant la propreté des matières premières et des batteries.

"Il serait absurde pour l'Europe de ne pas maintenir des positions fortes dans les véhicules thermiques essence et diesel", martèle Nicolas Peter, directeur financier du Bruxelles devrait donc "accepter les véhicules qui ne soient pas 100% électriques après 2035", assure le dirigeant franco-allemand, âgé de 59 ans, à Challenges. La Commission européenne veut justement proscrire la vente de véhicules non électriques dans quatorze ans. Le risque de l'électrification obligatoire ? Des coûts bien dispendieux et des utilisations tout de même limitées. "Il faut que l’Europe assure l’accès à la mobilité pour tous. Sinon, on risque de voir les gens garder leur vieille voiture le plus longtemps possible", ajoute l’ancien directeur financier de BMW France.

"Nous sommes engagés dans l'Accord de Paris. Mais, pour arriver aux objectifs, il faut un bouquet de solutions, pas seulement des ", insiste Nicolas Peter. Carlos Tavares, directeur général de Stellantis, est sur la même longueur d'onde. Exclure tous les autres modèles serait contre-productif. Sur grande distance en effet, "un véhicule à moteur thermique avec une hybridation (légère de 48 volts) peut être vertueux", s'insurge Nicolas Peter. Car la voiture pèsera 300 kilos de moins qu’un hybride rechargeable et consommera donc moins si l'on ne recharge pas", tout en rejetant moins de CO2. Tous les moteurs à essence de BMW recevront d'ailleurs une hybridation 48 volts "d’ici à 2024". Et le constructeur à l'hélice affirme qu’il poursuivra "les développements sur les moteurs thermiques". Car l’électrique, ce n'est pas la panacée sur longues distances. "Le réseau de bornes de recharge ne couvrira pas 100% du territoire en Europe à horizon 2025", souligne le dirigeant.

"50% de nos ventes avec des modèles électriques"

BMW estime certes que, à horizon 2030, "50% de nos ventes seront réalisées avec des ". Mais il restera "un peu plus de 40% pour les voitures à essence hybrides ou hybrides rechargeables". Et "un peu moins de 10% po[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles