La bourse ferme dans 1 h 51 min
  • CAC 40

    6 232,77
    -34,51 (-0,55 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 986,06
    -28,74 (-0,72 %)
     
  • Dow Jones

    33 751,31
    -64,59 (-0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,2070
    +0,0052 (+0,43 %)
     
  • Gold future

    1 787,60
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    40 501,94
    -5 688,44 (-12,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 117,84
    -6,05 (-0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,35
    -0,08 (-0,13 %)
     
  • DAX

    15 158,77
    -161,75 (-1,06 %)
     
  • FTSE 100

    6 900,27
    -37,97 (-0,55 %)
     
  • Nasdaq

    13 885,02
    +66,61 (+0,48 %)
     
  • S&P 500

    4 143,78
    +8,80 (+0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    29 020,63
    -167,54 (-0,57 %)
     
  • HANG SENG

    29 078,75
    +323,41 (+1,12 %)
     
  • GBP/USD

    1,3856
    +0,0013 (+0,09 %)
     

BMW 128ti : la Volkswagen Golf GTI bavaroise à l’essai

·2 min de lecture

ESSAI – Rompant avec la tradition BMW, la Série 1 est devenue une traction en 2019. Totalement décomplexée, elle se décline en une 128ti qui s’attaque à une sportive bien établie, la fameuse Volkswagen Golf GTI. Cette compacte est agile, mais son moteur manque de caractère.

La présentation de la troisième génération de BMW Série 1, de génération F40, n’a pas manqué de faire hurler les puristes. Jusque-là en effet, le constructeur bavarois était le seul dans la catégorie des berlines compactes à cultiver jalousement la spécificité d’une architecture à propulsion, qui a fait sa réputation depuis des lustres. En reprenant la plateforme UKL partagée avec la gamme Mini en 2019, la Série 1 devenait une traction comme les autres (lire notre comparatif entre la ). Une des meilleures berlines compactes certes, mais qui place les critères rationnels bien avant le plaisir de conduire indissociable de l’image BMW.

En somme, en faisant sa mue, la BMW Série 1 a repris à son compte les arguments d’une autre célèbre compacte allemande : la Volkswagen Golf. Alors quitte à rivaliser avec cette référence, BMW a choisi de le faire sans complexe, jusqu’au bout, et de jeter une concurrente en travers de la route de la mythique Golf GTI. Cette empêcheuse de tourner en rond, c’est la 128ti. Moins puissante que la BMW M135i qui coiffe la gamme, cette version pèse 80 kg de moins. Car la 128ti est une simple traction et non une traction intégrale comme sa grande sœur. N’ayant pas droit au badge M Performance, elle ressort de la naphtaline deux initiales apparues en 1963 avec la 1800 TI, qui elle-même l'avait chipée à Alfa Romeo, l’éternel rival transalpin qui avait lancé la Giulia ti un an auparavant. D’où la consonance italienne d’un acronyme qui signifie « turismo internazionale ».

La BMW 128ti annonce 265 chevaux

A l’image de la Volkswagen Golf GTI, la BMW 128 ti joue les sportives sans excès. Avec 265 chevaux, elle n’a pas pour ambition d’aller frayer avec les compactes les plus puissantes, qui dépassent aujourd’hui les 300 ch. Il en va de même de son style, plutôt discret. Elle adopte les boucliers des finitions M Sport rehaussés, sur notre exemplaire d’essai, d’éléments rouges pour souligner les prises d’air et bas de caisse. Ceux qui n’aiment pas peuvent [...]

Lire la suite sur challenges.fr

BMW Série 2 Gran Coupé : on l'aime, mais on ne devrait pasBMW Série 1 : faut-il préférer la traction ou l'intégrale xDrive ?BMW M3 et M4: un six-cylindres de 510 ch à la hauteur du mytheAudi A3 hybride rechargeable: Plus propre, pas si sobre que le diesel sur routeXCeed : pourquoi Kia a réinventé la DS 4