Marchés français ouverture 51 min
  • Dow Jones

    34 395,01
    -194,76 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,45
    +14,45 (+0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    18 676,57
    -59,87 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    16 080,27
    -292,41 (-1,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    400,95
    -5,20 (-1,28 %)
     
  • S&P 500

    4 076,57
    -3,54 (-0,09 %)
     

« Blonde » relaie un message anti-avortement, dénonce le planning familial américain

Dans le film d’Andrew Dominik, alors que Marilyn Monroe subit deux avortements illégaux, son foetus, à l’aide d’images de synthèse, s’adresse directement à elle.

FILM - « Blonde » ne fait pas l’unanimité. Le film de fiction sur Marilyn Monroe, diffusé sur Netflix depuis le 28 septembre, a provoqué les critiques des défenseurs du droit à l’avortement aux États-Unis. Dans le nouveau long-métrage d’Andrew Dominik, avec Ana de Armas dans le rôle de Marilyn Monroe, la star subit deux avortements illégaux, imposés à elle et traumatisants.

Ces scènes en particulier ont choqué : à l’aide d’images de synthèse photoréalistes, le film montre les fœtus de Monroe en train de lui parler. Un fœtus demande notamment à Marilyn Monroe : « Tu ne me feras pas de mal cette fois-ci, n’est-ce pas ? » Pour le planning familial américain, trois mois après l’annulation par la Cour suprême de l’arrêt Roe v. Wade, ces séquences participent à la « propagande anti-avortement ».

« Alors que l’avortement est un soin de santé sûr et essentiel, les fanatiques anti-avortement ont longtemps contribué à la stigmatisation de l’avortement en utilisant des descriptions médicalement inexactes des fœtus et de la grossesse, rappelle Caren Spruch, directrice nationale de l’engagement dans les arts et le divertissement et de la fédération américaine du planning familial, interviewée par The Hollywood Reporter. Le nouveau film d’Andrew Dominik, Blonde, renforce leur message avec un fœtus parlant en images de synthèse, représenté comme un bébé complètement formé. »

« Désinformation et stigmatisation »

Et d’ajouter : « Le Planning familial respecte la licence et la liberté artistiques. Cependant, les fausses images ne servent qu’à renforcer la désinformation et à perpétuer la stigmatisation autour des soins de santé sexuelle et reproductive. Chaque issue de grossesse - en particulier l’avortement - devrait être représentée avec sensibilité, authenticité et exactitude dans les médias. Nous avons encore beaucoup à faire pour que toutes les personnes ayant subi un avortement puissent se voir à l’écran. C’est une honte que les créateurs de “ Blonde ” aient choisi de contribuer à la propagande anti-avortement et de stigmatiser plutôt les décisions de santé des gens. »

Dans une interview pour The Wrap, le réalisateur Andrew Dominik a déclaré qu’il ne voyait pas le film comme anti-avortement et qu’il s’agissait simplement d’une question de contexte. « Les gens sont évidemment préoccupés par les pertes de libertés, a-t-il soutenu. Mais tout le monde s’en serait foutu si j’avais fait le film en 2008, et probablement personne ne s’en souciera dans quatre ans. Et le film n’aura pas changé. C’est juste dans l’air du temps. »

De nombreuses critiques ont dénoncé le portrait réducteur et sursexualisé de Marilyn Monroe dans ce film qui n’est pas un biopic. Sur la plateforme TikTok, la mannequin et Emily Ratajkowski a accusé le film de « fétichiser la douleur féminine ».

Lire la suite
VIDÉO - Marilyn Monroe (Blonde) : cette somme d’argent qui l’a convaincue à devenir blonde

Lire aussi

Élections en Italie : que changerait la victoire de Giorgia Meloni ?

Chrissy Teigen a pris conscience que sa fausse couche était en réalité un avortement

undefined