La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 768,36
    -208,97 (-1,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Blonde, le film qui démolit le mythe Marilyn Monroe

Dans un film qui sort aujourd’hui en France sur Netflix, le réalisateur Andrew Dominik propose une vision noire de la vie de Marilyn Monroe. Un événement, précédé d’une réputation sulfureuse, qui peine à percer le personnage et la féminité de la star.

La sortie en France de Blonde, qui jette un regard noir sur la vie brève et tragique de , sort en France ce mercredi 28 septembre, jour traditionnel des sorties en salles. Ce n’est pourtant pas au cinéma qu’on peut voir ce film très attendu du réalisateur australo-néo-zélandais Andrew Dominik: il est directement , coproducteur du film au côté de Plan B, la société de production de Brad Pitt. Précédé d’une réputation sulfureuse, en raison de son interdiction aux moins de 18 ans et des critiques passionnées, voire polémiques, lors de sa présentation à la Mostra de Venise, le 8 septembre. Sans oublier , où il n’a pas pu être présenté, comme l’aurait souhaité le réalisateur.

Affiche \
Affiche \

Basé sur le livre de Joyce Carol Oates, paru en 2000, ce film est tout sauf un biopic de l’icône de Hollywood. Il est d’ailleurs parfois difficile de distinguer les faits avérés de ceux qui ont été imaginés par l’écrivaine américaine (et la lecture qu’en a fait le réalisateur), plus intéressée par la façon dont s’est construit le mythe Marilyn, jusqu’à devenir tout simplement "Blonde": un symbole sexuel déclenchant les fantasmes masculins, sans que la personnalité profonde de Norma Jean Baker, le vrai nom de Marilyn Monroe, ait intéressé qui que ce soit. Ni sa mère folle, ni son père absent. Ni, plus tard, ses maris successifs, le boxeur Joe DiMaggio et le dramaturge Arthur Miller, et encore moins le président des Etats-Unis John Kennedy dont la liaison avec l’actrice a, en son temps, défrayé la chronique.

Lire aussi

Des interprètes acclamés par le public

Transposer au cinéma la déconstruction d’un mythe cinématographique qui a longtemps rejailli sur l’image de la femme en général n’était pas chose simple. Le réalisateur, confronté à une série de difficultés liées au financement et au casting de son projet, y a consacré une bonne dizaine d’années. Il a finalement réussi à se faire acclamer par un public de festival, sur le Lido de Venise, à l’issue d’une présentation sur grand écran en bonne et d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi