La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 783,41
    -135,09 (-2,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 348,60
    -78,54 (-2,29 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,27 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9693
    -0,0145 (-1,47 %)
     
  • Gold future

    1 651,70
    -29,40 (-1,75 %)
     
  • BTC-EUR

    19 705,04
    +66,31 (+0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    434,61
    -9,92 (-2,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,43
    -4,06 (-4,86 %)
     
  • DAX

    12 284,19
    -247,44 (-1,97 %)
     
  • FTSE 100

    7 018,60
    -140,92 (-1,97 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,88 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 153,83
    -159,30 (-0,58 %)
     
  • HANG SENG

    17 933,27
    -214,68 (-1,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,0857
    -0,0398 (-3,54 %)
     

A Blois, le Parti socialiste essaie de soigner ses “traumatismes”

GUILLAUME SOUVANT / AFP

REPORTAGE - A ses universités d'été, du 26 au 28 août, le Parti socialiste a cherché à vaincre ses récents traumatismes, de l'accord électoral des législatives, aux moins de 2% à la présidentielle. Mais l'ombre des dissidents et d'Anne Hidalgo a plané sur le campus. Plongée dans des débats aux airs de thérapies de groupe.

L’amphithéâtre des universités d’été du est plein à craquer, ce samedi 27 août, à Blois. Le public, debout, bat des mains et scande: “”. Les visages du socialiste Jérôme Guedj, de l’insoumise ou du Vert sourient devant cette standing ovation pour l’union parlementaire de la gauche. A la sortie, les cadres des différents partis de la Nupes prennent même quelques selfies avec les militants socialistes. L’année douloureuse du parti, entre les divisions des législatives et le revers cuisant de la présidentielle, semble lointaine. Pourtant, les “traumatismes” - pour reprendre le mot du patron du PS lui-même à propos des législatives - sont encore vifs. Et à seulement quelques rues de là, dans les locaux d'une petite école primaire, tout le refoulé du PS semble s’être donné rendez-vous.

Car au même moment, la maire de Paris, , candidate malheureuse à la présidentielle (), fait un discret retour à Blois avec un rapide discours. Invitée par la fédération de Paris, et non par Olivier Faure, elle reçoit la visite chaleureuse de la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy, de l’ancien député et de l’ancien maire d’Aubervilliers, Philippe Doucet, tous trois farouchement opposés à l’union de la gauche sous la forme de la Nupes.

Des attaques d'Anne Hidalgo contre les Insoumis

Dans son discours, la maire de Paris n’est pas loin d’aller dans le sens des fervents opposants à Olivier Faure. Elle explique ainsi au sujet des alliances tissées par le PS: “Je fais la différence entre les forces qui veulent changer les choses dans l’espace démocratique” et celles qui voient, à la place du clivage gauche-droite, “le peuple contre l’élite”. Un tacle appuyé au “populisme de gauche” de la , théorisé par la philosophe Chantal Mouffe. La maire de Paris insiste sur l’importance de l’Europe, et sur celle de questionner “les patriarches” érigés en leaders en politique. Sans trop cacher qui elle vise.

Lire aussi

Lamia El-Aaraje, proche d’Anne Hidalgo qui , approuve les nuances de la maire de P[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi