La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 277,23
    -162,39 (-0,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

La blockchain n’oublie rien, même quand un petit malin tente de s’enrichir illégalement avec des NFT

Dans le secret des prochaines sorties de NFT, cet ancien responsable d’OpenSea croyait duper les acteurs du marché sans trop se mouiller. C’était sans compter sur le FBI et l’expertise grandissante des autorités pour pister les criminels de la blockchain.

Game over. Try again. Un ancien employé d’OpenSea, la plus grande place de marché pour les NFT, est devenu ce mercredi une nouvelle mascotte du ministère de la Justice américain. Comme l’a annoncé le bureau du procureur new-yorkais en charge de l’affaire, Nathaniel C. (31 ans), ex-chef de produit pour la plateforme crypto, a hérité du titre de « premier accusé pour délit d’initié lié à des actifs numériques ».

Un délit d’initié est un stratagème criminel vieux comme le monde financier, consistant à utiliser des informations confidentielles pour s’enrichir personnellement. Une combine éculée que l’accusé aurait mis au goût du jour en l’appliquant aux fameux tokens non fongibles. Fort des informations commerciales exclusives, à savoir la mise en vente sur OpenSea de nouvelles collections de NFT dont il était responsable, Nathaniel les aurait achetés à bas coût avant leur sortie, pour mieux les revendre à prix fort.

Sa machinerie aurait duré quelques mois, de juin à septembre de l’année dernière. Ce qui lui a permis d’engranger des bénéfices anormaux sur une quarantaine de NFT, revendus à des cours de deux à cinq fois le prix initial. Présumé innocent à ce stade de la procédure,

[Lire la suite]

Abonnez-vous aux newsletters Numerama pour recevoir l’essentiel de l’actualité https://www.numerama.com/newsletter/

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles