La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 303,17
    -633,87 (-2,05 %)
     
  • Nasdaq

    13 270,60
    -355,47 (-2,61 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0062 (-0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 917,93
    -990,90 (-3,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    629,74
    -10,18 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    3 750,77
    -98,85 (-2,57 %)
     

Blanquer rappelle que "la règle reste celle d'aller à l'école" jeudi et vendredi

·2 min de lecture

"Ubuesque", "ridicule": la suggestion faite mardi par Jean Castex de ne pas envoyer les enfants à l'école ce jeudi et ce vendredi pour limiter les risques de contamination à Noël a suscité les critiques des parents, enseignants et syndicats qui ont dénoncé une "demi-mesure". Interrogé sur RTL, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a par la suite rappelé que "la règle reste celle d'aller à l'école" jeudi et vendredi.

"Ubuesque", "ridicule": la suggestion faite mardi par Jean Castex de ne pas envoyer les enfants à l'école ce jeudi et ce vendredi pour limiter les risques de contamination à Noël a suscité les critiques des parents, enseignants et syndicats qui ont dénoncé une "demi-mesure".

Cette recommandation de dernière minute du Premier ministre pour les écoles, collèges et lycées est directement tirée des recommandations du Conseil scientifique chargé d'éclairer le gouvernement pour la gestion de la crise sanitaire.

Pour limiter le risque d'une troisième vague de Covid-19 en janvier, ce Conseil a suggéré lundi dans une note un "autoconfinement" d'une semaine à tous ceux qui souhaitent passer des fêtes en famille, assortis de tests avant les soirées de réveillon. Une note en ce sens devait être adressée mardi aux recteurs.

Reprise par Jean Castex, la recommandation a pris par surprise parents, enseignants et syndicats qui regrettent de "ne plus rien y comprendre".

"Depuis le mois de septembre, on nous dit que les enfants ne sont pas contaminants et là, finalement, cela revient à dire qu'il y a un risque que les enfants puissent contaminer", a réagi Guislaine David, cosecrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire.

Pour Florence Delannoy, secrétaire générale adjointe du SNPDEN (principal syndicat des chefs d'établissement) et proviseure d'un lycée à Lille, cette annonce est tout simplement "ridicule". "Soit ils décident de fermer totalement les établissements, soit ils les laissent ouverts puisque les enfants ne sont pas contaminateurs", suggère-t-elle en regrettant "à nouveau une demi-mesure annoncée à la hâte".

"Jeudi, vendredi ou même samedi matin pour certains établissements, il y a des examens prévus, on ne va pas tout annuler comme ça", peste-t-elle.

Céline, professeure d'histoire-géographie dans une ville moyenne du Haut-Rhin, a fait le même constat. Dans son collège classé REP+, un brevet blanc est organisé mercredi et jeudi. "Soit il y a école, soit il[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi