La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 202,18
    -125,61 (-0,37 %)
     
  • Nasdaq

    13 369,23
    -9,82 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 406,84
    +582,01 (+2,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2231
    +0,0074 (+0,61 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    34 981,23
    -635,42 (-1,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 205,68
    -47,46 (-3,79 %)
     
  • S&P 500

    4 146,16
    -17,13 (-0,41 %)
     

Reprise de Blade : Octave Klaba préféré à Xavier Niel

Par Beatrice Parrino
·1 min de lecture
La société Hubic d'Octave Klaba s’est imposée grâce à une offre mieux-disante au prix de 5 000 000 euros, et la reprise de 125 salariés. 
La société Hubic d'Octave Klaba s’est imposée grâce à une offre mieux-disante au prix de 5 000 000 euros, et la reprise de 125 salariés.

Le 13 avril, loin des caméras, une drôle de scène se jouait au tribunal de commerce. Deux patrons de la high-tech française se croisaient en salle d'audience : Xavier Niel (Iliad) et Octave Klaba (OVH). Les deux hommes étaient engagés dans un aimable duel, pour la reprise d'une petite entreprise baptisée Blade. Selon une décision rendue le 30 avril que Le Point a pu consulter, c'est le second qui a raflé la mise.

L'entreprise Blade, fondée en 2015 par Emmanuel Freund, Acher Criou et Stéphane Héliot, a développé un service par abonnement dénommé Shadow, bien connu des amateurs de jeux vidéo sur Internet : il permet d'accéder à un ordinateur dématérialisé haut de gamme. Pour ses besoins, Blade exploitait des serveurs spécifiques, ce qui a contribué à attiser l'envie de rachat d'OVH, un champion européen en la matière.

ARCHIVESOVH : le « Cloud » français sur? un nuage

Procédure de redressement judiciaire

Le 2 mars 2021, une procédure de redressement judiciaire avait été ouverte au bénéfice de Blade par le tribunal de commerce de Paris. Son passif était de 37 millions ; la société, qui compte 126 salariés, affichait un chiffre d'affaires de 16,7 millions. Malgré un apport de 100 millions d'euros de ses actionnaires, un emprunt obligataire de 4,5 millions et un PGE à hauteur de 7 millions, Blade n'atteignait pas son point de rentabilité.

Si dix-neuf candidats avaient marqué leurs intérêts, seulement deux avaient été retenus par le tribunal : Xavier Niel, associé à 6 [...] Lire la suite