La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 909,05
    -74,64 (-0,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Black Panther : Wakanda Forever, la critique sans spoiler de 2h47 de baston creuse

Black Panther : Wakanda Forever n’est pas un film suffisamment ambitieux, se limitant à un simple film d’action — ou même de bagarre. Pourtant, le Wakanda a un fort potentiel cinématographique pour Marvel. Notre critique.

Quand le public présent à notre projection de Black Panther : Wakanda Forever a entendu la durée exacte du film, des cris de terreur et des lamentations de lassitude ont jailli de toutes parts. Un long film n’est pas un défaut intrinsèque — Dune dure 2h35, Avengers Endgame dure 3h02. Mais encore faut-il avoir quelque chose à raconter ou une atmosphère singulière à installer.

Wakanda Forever ne raconte rien et n’installe pas d’atmosphère cinématographique particulièrement relevée. Sans être totalement mauvais pour autant, grâce à son emballage esthétique et à quelques vagues sursauts dans les émotions, le film de Ryan Coogler n’est pas à la hauteur du Wakanda.

Okoye et Shuri dans Wakanda Forever. // Source : Disney/Marvel
Okoye et Shuri dans Wakanda Forever. // Source : Disney/Marvel

Rien de plus qu’un beau tableau

Tout commençait si bien, lors d’un sommet de l’ONU pendant lequel on assiste à la subtilisation d’une ressource du Wakanda. Le cadre était posé : l’arrivée de ce pays sur la scène internationale pose des enjeux diplomatiques de premier plan. Mais cette trame politique est bien vite abandonnée — voire complètement ratatinée — au profit d’une sorte de Mission Impossible superhéroïque.

[Lire la suite]