Marchés français ouverture 6 h 13 min
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,86 (+1,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,14 (+0,90 %)
     
  • Nikkei 225

    26 437,49
    +283,68 (+1,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0437
    +0,0013 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    21 830,35
    -29,44 (-0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    19 509,57
    +927,05 (+4,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    441,79
    +21,65 (+5,15 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     

Les bitcoins trouvent refuge à Euronext

T. Samson/AFP

Des produits financiers indexés sur des cryptomonnaies arrivent en bourse, pour mieux séduire les particuliers encore réticents.

Quatre produits financiers indexés sur des cryptomonnaies débarquent sur Euronext à la Bourse de Paris. Objectif: séduire les particuliers encore réticents à acheter de la monnaie virtuelle en direct en permettant des opérations en temps réel, directement depuis un compte bancaire.

Baptisés ETN (exchanged traded note), il s'agit de notes de crédit négocié en Bourse, qui répliquent la performance d'un indice sous-jacent. Comme ils sont adossés à une institution financière, il existe un risque dans la mesure où l'émetteur peut faire faillite.

Lire aussi

Depuis début juin, ETC Group, VanEck, WisdomTree proposent ainsi des ETN cotés à Paris et à Amsterdam. L'américain VanEck, fort de ses 80 milliards de dollars sous gestion, dont 70 milliards sur des ETN, a introduit deux ETN de cryptomonnaies, le VanEck Vectors Bitcoin, entièrement en bitcoins, et le VanEck Vectors Ethereum, en éthers. "Quand un investisseur achète l'un de ces ETN, explique Natacha Desse, cheffe de produits financiers chez VanEck, nous achetons des bitcoins ou des éthers en proportion pour constituer un collatéral." L'ETN reflète exactement le prix du bitcoin ou de l'ether. Le groupe suisse 21Shares propose, lui, un ETN uniquement à la Bourse de Paris qui reflète un panier de bitcoins et d'ethers.

Bradley Duke, le directeur général d'ETC Group, reconnaît qu'il a tenté de s'introduire à la Bourse de Londres, mais a essuyé un refus. De son côté, la réglementation américaine, si elle n'interdit pas les ETF ou les ETN, est très contraignante.

Le souvenir de la crise de 2008, lorsque des produits toxiques avaient provoqué un effondrement de la finance, a rendu les régulateurs extrêmement prudents, quitte à bloquer certaines innovations. Du coup, les produits dérivés des cryptomonnaies ont trouvé refuge à Paris et Amsterdam, plus accueillants que Londres ou New York. Pour l'instant.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles