La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    42 625,35
    +1 239,89 (+3,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

Birmanie: nouvelles manifestations malgré le déploiement de troupes

·2 min de lecture

Alors que la junte militaire tire sur les manifestants et qu'internet dans les grandes villes du pays, de nouveaux rassemblements pro-démocraties se tiennent en Birmanie afin de protester contre le putsch.

Des manifestants pro-démocratie sont de nouveau descendus dans les rues lundi en Birmanie, malgré l'intensification de la répression par la junte qui a tiré la veille sur des protestataires, déployé des troupes dans plusieurs villes et fait couper internet.

Plusieurs centaines d'ingénieurs et d'étudiants étaient rassemblés dans le nord de Rangoun, la capitale économique. Non loin de là, près du siège de la banque centrale, des contestataires manifestaient au milieu de véhicules de l'armée, arborant des pancartes: "Nous soutenons les appels à la désobéissance civile", "rejoignez le mouvement". D'autres faisaient le salut à trois doigts, en geste de résistance. Les forces de l'ordre, appuyées par des canons à eau et des véhicules blindés, étaient visibles à certains endroits de Rangoun, sans toutefois de présence militaire massive à ce stade, selon un journaliste de l'AFP.

La veille, des militaires s'étaient déployés dans plusieurs villes et internet a été quasiment coupé pendant une grande partie de la nuit, une escalade de la répression vivement condamnée par l'ONU et plusieurs ambassades occidentales. Les connexions ont été rétablies lundi dans la matinée, d'après l'ONG de surveillance NetBlocks.

Le putsch du 1er février a renversé le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi et mis fin à une fragile transition démocratique de 10 ans. Inculpée pour avoir importé illégalement des talkie-walkies, l'ex-dirigeante de 75 ans est "en bonne santé", assignée à résidence dans la capitale administrative Naypyidaw, a assué ce week-end son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND). Sa détention provisoire doit normalement expirer lundi. Son avocat, Khin Maung Zaw, n'a pas pu être joint pour commenter ce qui allait se passer.

La peur des représailles est dans tous les esprits dans le pays, où les soulèvements populaires de 1988 et 2007 ont été réprimés dans le sang par les militaires. A Myitkyina (nord), plusieurs personnes ont été blessées dimanche quand les forces de l'o[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi