La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    41 146,39
    +947,90 (+2,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Birmanie : "Les Birmans ne sont pas prêts à renoncer à la démocratie"

franceinfo
·1 min de lecture

Les condamnations et menaces de sanctions de la part de l’Union européenne, de l’ONU… rien ne semble atteindre la junte au pouvoir en Birmanie. "Ils sont très sourds aux reproches extérieurs et ils sont sourds aussi aux exigences de démocratie de leur population, qui n’est pas prête à y renoncer", indique Bénédicte Brac de La Perrière, ethnologue, spécialiste de la Birmanie.

Quelle est la situation de l’opposition sur place ? "Le mouvement de résistance des Birmans commence à se structurer avec un gouvernement parallèle qui a agi en concertation avec les groupes ethniques et leurs armées, qui s’est coordonné avec le mouvement de désobéissance civile, a annoncé une charte pour une démocratie fédérale, le renoncement à la constitution de 2008", précise l’ethnologue. "Il peut y avoir des pressions sur les militaires pour qu’ils réfléchissent et acceptent de changer la constitution, ce qui pourrait amener les gens autour d’une table", ajoute-t-elle.

"La junte fait face à une impossibilité de gouverner les institutions"

La situation est-elle bloquée ? "La junte fait face, à l’intérieur, à une impossibilité de gouverner les institutions, qui refusent ce coup d’État et de passer ainsi sous la coupe des militaires de nouveau. Mais la junte ne recule pas non plus", précise Bénédicte Brac de La Perrière.

Un sommet de crise de l’Asean, à l’initiative de l’Indonésie, doit avoir lieu sur la situation en Birmanie. Que faut-il en attendre ? "Dans l’Asean il y a quatre pays qui ont parlé (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi