Marchés français ouverture 2 h 17 min
  • Dow Jones

    33 876,97
    +586,89 (+1,76 %)
     
  • Nasdaq

    14 141,48
    +111,10 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 836,45
    +825,52 (+2,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,1910
    -0,0014 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    28 489,76
    +0,76 (+0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    27 534,87
    -1 052,43 (-3,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    790,67
    -59,67 (-7,02 %)
     
  • S&P 500

    4 224,79
    +58,34 (+1,40 %)
     

BioNTech: "Notre vaccin a bénéficié d'un processus exceptionnel"

·2 min de lecture

INTERVIEW. Özlem Türeci et Ugur Sahin ont fondé BioNTech en 2008, il y a 13 ans. Aujourd'hui, ils lancent en un temps record avec Pfizer leur vaccin à ARN messager. Une molécule découverte il y a soixante ans par des Français.

Et dire qu'il y a exactement soixante ans, en mai 1961, la était publiée par François Gros et François Jacob, tous deux de l'Institut Pasteur, avec plusieurs biologistes américains de renom, dans deux articles de la revue Nature. Les témoins de l'époque parlent d'une période d'intense fébrilité scientifique. Au mois de mars, Jacob, Lwoff et Monod avaient déjà fait connaître leurs travaux fondamentaux sur la régulation des gènes qui allaient leur valoir le prix Nobel quatre ans plus tard. Il fallait une grande habileté technique pour préciser ce qu'était cet ARNm, molécule très rapidement détruite par l'organisme, dont le qualificatif de messager traduit le rôle d'intermédiaire dans les mécanismes génétiques.

Lire aussi

Une molécule essentielle du vivant dont il était à l'époque "impensable qu'une utilisation soit faite, car elle est tout à fait instable", rappelle aujourd'hui Maxime Schwartz, ancien directeur général de l'Institut Pasteur. Et d'estimer qu'avec leurs travaux, Ugur Sahin et Özlem Türeci, le (Mayence, Allemagne), ont effectivement fait "un pari extrêmement risqué". Mais un pari réussi. "J'étais trop méfiante, je n'étais pas convaincue que votre vaccin anti-Covid pourrait être injecté avant la fin de l'année", a avoué la bactériologiste Pascale Cossart, secrétaire perpétuelle de l'Académie des sciences française et professeure à l'Institut Pasteur, le 5 mai 2021, lors d'une réunion de scientifiques ayant reçu des dotations de l'European Research Council (ERC). "Il faut savoir prendre des risques pour faire des découvertes", insiste le Français Jean-Pierre Bourguignon, à la tête de l'ERC. Serait-ce une aversion au risque qui a empêché pareille percée capitale dans l'Hexagone ?

Challenges. Quelle est l'histoire du vaccin à ARNm de BioNTech ?

Ugur Sahin. C'est un voyage de dix mois, un processus exceptionnel, le plus rapide des développements de vaccins. Moins d'un an, là où le minimum était jusqu'à présent de quatre ans et demi. Mais qui arrive après un[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles