La bourse ferme dans 1 h 16 min

Biomimétisme : ce robot a percé le secret des déplacements des lézards

Futura avec l'AFP-Relaxnews
·2 min de lecture

X-4, un robot lézard grimpeur, pourrait bien révolutionner les déplacements des robots en calquant les attitudes mobiles de l'animal. Dans un article scientifique publié dans Proceedings of the Royal Society B, des chercheurs de l'université Sunshine Coast en Australie affirment que les lézards ont optimisé leurs déplacements sur des terrains difficiles au cours de nombreuses années d'évolution.

L'auteure principale de l'étude, Johanna Schultz, a étudié pendant quatre ans les mouvements des lézards. Avec son équipe, elle a observé qu'à force d'évolution, ils avaient perfectionné leur déplacement en termes de vitesse, de stabilité et d'efficacité. « La meilleure configuration pour le robot grimpeur correspondait exactement à ce que faisaient les lézards, qui avaient donc déjà trouvé la démarche optimale pour grimper », explique-t-elle.

De tels aperçus pourraient contribuer à une formule d'optimisation de la robotique, un domaine souvent dominé par l'accent mis sur l'amélioration de la perception de l'environnement et de l'autonomie par l'intelligence artificielle, plutôt que sur le mouvement et la structure. Depuis des années, les robots sont capables de monter des escaliers et de gravir des collines, mais le fait de s'accrocher et de se déplacer sur des surfaces à 90 degrés présente un ensemble unique de défis.

Le robot lézard développé par l'université Sunshine Coast en Australie est capable de ramper le long des murs jusqu'au plafond. © USC
Le robot lézard développé par l'université Sunshine Coast en Australie est capable de ramper le long des murs jusqu'au plafond. © USC

Le robot mesure 15 cm pour 250 grammes

L'une des conclusions principales des recherches se situe au niveau de leurs pattes. Les lézards tournent les pattes avant de 20 degrés et les pattes arrière de 100 degrés. « L'orientation de leurs pattes ne correspond pas du tout à la direction dans laquelle ils grimpent », explique Johanna Schultz. « En comprenant les paramètres de locomotion d'un animal, on peut définir plus facilement la future génération de robot ». Ce genre d'innovation permet de créer une nouvelle forme de mobilité...

> Lire la suite sur Futura