La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 773,24
    +8,42 (+0,02 %)
     
  • EUR/USD

    1,1726
    -0,0021 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 753,60
    +3,80 (+0,22 %)
     
  • BTC-EUR

    35 927,88
    -1 708,98 (-4,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 047,48
    -55,58 (-5,04 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,96
    +0,66 (+0,90 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,22 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 026,60
    -25,64 (-0,17 %)
     
  • S&P 500

    4 451,64
    +2,66 (+0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3688
    -0,0033 (-0,24 %)
     

Biodiversité: "Il faut dialoguer avec tout le monde, pour renverser les modèles économiques"

·2 min de lecture

INTERVIEW - Le Congrès mondial de la nature de l'UICN s'est ouvert ce vendredi 3 septembre à Marseille. Maud Lelièvre, présidente du comité français de l'UICN détaille pour Challenges les enjeux de ce rendez-vous diplomatique qui se tient tous les quatre ans dans une ville différente.

Maud Lelièvre, préside depuis décembre 2020 le comité français de l’UICN (l’Union internationale pour la conservation de la nature). Elle revient pour Challenges sur les enjeux du , qui se tient à Marseille du 3 au 11 septembre 2021.

Challenges - A quoi sert l’UICN?

Maud Lelièvre - L’union internationale pour la conservation de la nature réunit des États, mais aussi des scientifiques et la société civile. C’est un baromètre de l’environnement et de la mais qui agit, qui ne se contente pas de faire un constat, un petit peu comme l’Unesco. Nous analysons des données scientifiques pour mettre en place des plans d’action. L’UICN publie par exemple ses listes rouges des espèces en danger, espèce par espèce, pays par pays. Nous devons savoir ce que nous risquons de détruire pour pouvoir le protéger.

Une autre de nos missions est de créer des outils pour enrayer l’effondrement de la biodiversité, comme les listes vertes. Ces listes répertorient les sites particulièrement bien gérés d’un point de vue environnemental, il en existe 59 dans le monde, dont 22 en France. Nous avons en France un historique de gens et de territoires impliqués dans la conservation de la nature. Nous devons aussi beaucoup aux ONG comme la LPO ou WWF qui travaillent avec les collectivités. D’ailleurs, le comité français de l’UICN est moteur pour que les collectivités deviennent des membres à part entière de l’UICN. Elles sont essentielles dans la transition écologique. Les grandes orientations ne suffisent pas. Si nous voulons enrayer les causes de la perte de biodiversité dans les pays du Sud aussi, comme la déforestation ou le braconnage, nous devons travailler avec les communautés locales, les accompagner pour trouver un autre développement économique.

Enfin, l’UICN peut faire avancer les choses sur le plan international. Par le passé, des congrès de l’UICN ont mené à la signature de conventions, comme dans les années soixante, quand les premières listes rouges ont abouti à la convention interna[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles