La bourse ferme dans 21 min
  • CAC 40

    4 736,68
    -79,44 (-1,65 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 074,84
    -30,41 (-0,98 %)
     
  • Dow Jones

    27 638,69
    -46,69 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1840
    +0,0027 (+0,22 %)
     
  • Gold future

    1 910,60
    +4,90 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    11 502,66
    +403,31 (+3,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    269,85
    +8,56 (+3,28 %)
     
  • Pétrole WTI

    39,43
    +0,87 (+2,26 %)
     
  • DAX

    12 068,71
    -108,47 (-0,89 %)
     
  • FTSE 100

    5 732,59
    -59,42 (-1,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 445,34
    +86,41 (+0,76 %)
     
  • S&P 500

    3 405,70
    +4,73 (+0,14 %)
     
  • Nikkei 225

    23 485,80
    -8,54 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    24 787,19
    -131,59 (-0,53 %)
     
  • GBP/USD

    1,3069
    +0,0048 (+0,37 %)
     

Bio C'Bon: Biocoop et Zouari améliorent leur offre de reprise

·3 min de lecture
Biocoop va proposer de reprendre "100% des salariés, dans les magasins, à la logistique ou au siège" de Bio C'Bon, dans une offre de reprise améliorée qui sera étudiée vendredi par le tribunal de commerce de Paris
Biocoop va proposer de reprendre "100% des salariés, dans les magasins, à la logistique ou au siège" de Bio C'Bon, dans une offre de reprise améliorée qui sera étudiée vendredi par le tribunal de commerce de Paris

Biocoop va proposer de reprendre "100% des salariés, dans les magasins, à la logistique ou au siège" de Bio C'Bon, et le groupe Zouari "100% du parc magasin" et une large partie des salariés, dans des offres de reprise améliorées qui seront étudiées vendredi par le tribunal de commerce de Paris, ont-ils indiqué mardi.

Les candidats à la reprise de Bio C'Bon, placé en redressement judiciaire début septembre et qui emploie un millier de personnes en France, ont jusqu'à mardi minuit pour améliorer leurs offres.

Biocoop, associé avec un autre distributeur spécialisé, Marcel&Fils, avait vu sa première offre critiquée pour un prix de cession dérisoire, de 15 euros pour Biocoop et 11 euros pour Marcel&Fils, alors que Carrefour, par exemple, offre 40 millions d'euros.

"On n'a pas le chéquier de Carrefour et on n'est pas dans les mêmes logiques qu'eux", a indiqué Pierrick De Ronne mardi à l'AFP, tout en ajoutant que les deux distributeurs spécialisés allaient "augmenter substantiellement" leur offre financière. Il n'a toutefois pas souhaité en dévoiler les contours.

"On a des banques qui nous suivent et on est très à l'aise avec notre solidité financière et sur notre savoir-faire", plaide-t-il. "On sait ouvrir des magasins bio, ce qui n'est peut-être pas le cas de tous."

Un connaisseur du dossier sondé par l'AFP s'attend à une offre d'une vingtaine de millions d'euros.

Pierrick De Ronne indique en outre prévoir désormais la reprise de l'ensemble des salariés de Bio C'Bon. "On a rencontré des personnes qui se sont beaucoup investies, qui étaient angoissées et qui ont porté Bio C'Bon à bout de bras, elles avaient envie de continuer à défendre leur travail dans le commerce bio et ça nous a confortés dans l'idée que la préservation de l'emploi était essentielle", a-t-il plaidé.

Il affirme être "le seul candidat à la reprise à ne pas avoir eu de plan de départ depuis 30 ans" et compte créer "200 à 300 emplois supplémentaires". Il ne reprendra en revanche pas le siège et la logistique: selon lui, "si la situation en est là, c'est en raison de ces outils un peu surdimensionnés."

Outre Biocoop, la famille Zouari, actionnaire des surgelés Picard, le groupe Carrefour ou encore Auchan sont candidats à la reprise de Bio C'Bon. 

Ancien directeur général de Biocoop mais aujourd'hui principal représentant de l'offre du groupe Zouari, Gilles Piquet-Pellorce a également fait état d'une amélioration de son offre dans un courrier aux salariés de Bio C'Bon, consulté mardi par l'AFP.

Il prévoit la reprise de 100% du parc de 120 magasins, de "100% du personnel des magasins" et de "100% du personnel de la logistique et l'ensemble du personnel administratif". En outre, "l'activité transports parisienne sera conservée et accompagnée d'investissements dans des outils informatiques permettant de gagner en efficacité et en confort de travail pour les salariés".

cda/soe/mm