La bourse ferme dans 3 h 20 min
  • CAC 40

    6 242,31
    -110,63 (-1,74 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 621,09
    -69,65 (-1,89 %)
     
  • Dow Jones

    31 490,07
    -1 164,52 (-3,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,0530
    +0,0064 (+0,61 %)
     
  • Gold future

    1 828,90
    +13,00 (+0,72 %)
     
  • BTC-EUR

    27 940,51
    -598,89 (-2,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    654,20
    -16,48 (-2,46 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,97
    -1,62 (-1,48 %)
     
  • DAX

    13 795,89
    -211,87 (-1,51 %)
     
  • FTSE 100

    7 280,90
    -157,19 (-2,11 %)
     
  • Nasdaq

    11 418,15
    -566,37 (-4,73 %)
     
  • S&P 500

    3 923,68
    -165,17 (-4,04 %)
     
  • Nikkei 225

    26 402,84
    -508,36 (-1,89 %)
     
  • HANG SENG

    20 120,68
    -523,60 (-2,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2426
    +0,0084 (+0,68 %)
     

Binance : ce que l’enregistrement PSAN change concrètement pour les investisseurs en cryptos

C’est une bonne nouvelle pour Binance. Depuis le 4 mai, la plus grande plateforme d’échanges de cryptomonnaies dans le monde peut faire la promotion de ses produits en France. Elle est la 37e société à avoir obtenu son enregistrement comme prestataire de services sur actifs numériques (PSAN) auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF). La plateforme, qui revendique 90 millions d’utilisateurs et permet d’acheter et d’échanger plus de 600 cryptomonnaies, ne cache pas ses ambitions.

“Suite à l'enregistrement, Binance développera de manière significative ses opérations en France et a l'intention de recruter jusqu'à 250 personnes axées sur le développement des cryptomonnaies et des infrastructures blockchain”, a-t-elle avancé dans un communiqué. Si ce changement de statut offre de nouveaux droits à la plateforme, il implique aussi des obligations. Mais pour les utilisateurs, “il ne change en réalité pas grand chose”, confie Alexandre Lourimi, avocat fiscaliste au cabinet ORWL, spécialisé dans le droit numérique.

>> Découvrez 21 millions, la nouvelle newsletter consacrée aux cryptomonnaies de Capital

“Cet enregistrement n’offre pas de niveau de sécurité supplémentaire”, ajoute-t-il. Ainsi, l’AMF ne vérifie pas la fiabilité des informations que la société peut communiquer à ses clients. “Les capitaux propres et la robustesse financière de cet acteur ne sont pas non plus contrôlés”, précise Alexandre Lourimi. Cet enregistrement ne vise pas à protéger les investisseurs et les consommateurs, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le bitcoin chute brièvement sous les 30.000 dollars pour la première fois depuis l'été 2021
Les Français à la pointe de la révolution crypto et NFT
Cryptomonnaies : la somme astronomique volée par des hackers en avril
Les différentes offres de lending : au programme de la newsletter 21 Millions
La BCE veut mieux réglementer les cryptomonnaies

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles