Publicité
Marchés français ouverture 1 h 50 min
  • Dow Jones

    39 411,21
    +260,88 (+0,67 %)
     
  • Nasdaq

    17 496,82
    -192,54 (-1,09 %)
     
  • Nikkei 225

    39 061,46
    +256,81 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,0743
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    18 109,20
    +81,49 (+0,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 132,00
    -1 263,21 (-2,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 273,84
    -35,88 (-2,74 %)
     
  • S&P 500

    5 447,87
    -16,75 (-0,31 %)
     

Bill Richardson, ex-ambassadeur des États-Unis à l’ONU, est mort à 75 ans

Bill Richardson, ici en 2013, est décédé, ce samedi 2 septembre. Il était âgé de 75 ans.  - Credit:WANG ZHAO/AFP
Bill Richardson, ici en 2013, est décédé, ce samedi 2 septembre. Il était âgé de 75 ans. - Credit:WANG ZHAO/AFP

Bill Richardson est décédé ce samedi 2 septembre, a annoncé le vice-président de sa fondation, Mickey Bergman, dans un communiqué. L'ex-diplomate américain, spécialiste des libérations de détenus et ancien ambassadeur américain à l'Organisation des Nations unies (ONU) s'est éteint « dans son sommeil durant la nuit » à l'âge de 75 ans. « Le monde a perdu un défenseur de ceux qui étaient injustement détenus à l'étranger », a-t-il ajouté.

C'est lui qui avait mené les discussions amenant à la libération de la basketteuse Brittney Griner en 2022, alors que celle-ci était détenue en Russie. Il avait également joué un rôle majeur dans les négociations avec Saddam Hussein pour la libération, en 1995, de deux Américains qui avaient passé la frontière.

« L'Indiana Jones de la diplomatie américaine »

Né en Californie en 1947, Bill Richardson a grandi à Mexico avant de rejoindre les États-Unis, et la banlieue de Boston (nord-est du pays), à l'adolescence. Il a, par la suite, été gouverneur du Nouveau-Mexique et secrétaire à l'Énergie de Bill Clinton.

Il fut l'un des premiers représentants de la communauté hispanique à occuper de hautes fonctions politiques et s'était déclaré candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2008 – là encore, il fut le premier candidat de la minorité latino-américaine à le faire. Il s'était finalement retiré pour soutenir Barack Obama et devait rejoindre son gouvernement après son élection, mais une affaire de financemen [...] Lire la suite