La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 153,18
    -70,41 (-0,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Bilan carbone: bataille de chiffres entre TotalEnergies et Greenpeace

PHILIPPE HUGUEN / FILES / AFP

Alors que s'ouvre la COP27, TotalEnergies est accusé par Greenpeace de gravement sous-estimer ses émissions carbone. Une bataille de chiffres symptomatique d'une comptabilité carbone de plus en plus importante mais encore loin d'être arrivée à maturité.

Les entreprises doivent mettre fin à leur "dissimulation toxique", a martelé Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU à la COP27 ce mardi 8 novembre, dénonçant les promesses "factices" de neutralité carbone. La réussite de la transition écologique pourrait effectivement bien se jouer sur la capacité des entreprises à calculer honnêtement leurs émissions, pour mieux les réduire. Or elles sont justement de plus en plus nombreuses à se voir attaquer sur l’authenticité de leurs bilans carbone, comme TotalEnergies, accusé d’avoir largement sous-estimé ses émissions de carbone en 2019 par Greenpeace.

Ce début novembre, l’ONG, associée au cabinet belge Factor-X a publié son rapport recalculant les émissions du groupe pétrolier pour 2019 (pour évacuer tout effet covid). Résultat: Greenpeace parvient à des estimations plus de trois fois supérieures à celles déclarées par TotalEnergies dans son document d’enregistrement universel obligatoire, soit 1,637 milliard de tonnes équivalent CO2, contre 455 millions.

Une bataille de chiffres qui montre la montée en puissance de la comptabilité carbone, mais aussi toute la complexité du sujet, encore très flou. Car si le standard international GHG fait aujourd’hui référence pour les multinationales, il recouvre différentes méthodologies et des calculs par les entreprises encore peu transparents.

Lire aussiCOP27 : L'ONU trace les "lignes rouges" contre le greenwashing des acteurs privés

Conflit de méthodologie

Affirmant mettre en oeuvre le référenciel GHG (sans dévoiler le détail des calculs), TotalEnergies a donc dénoncé une méthodologie "pour le moins douteuse", alors que ses informations ont en plus été auditées par le cabinet EY. Pour parvenir à son chiffre de 1,637 milliard de tonnes de CO2, Greenpeace explique en retour avoir calculé les émissions directes et indirectes de TotalEnergies, à partir des ventes que l’entreprise déclare, mais "nous restons sur beaucoup d’hypothèses", admet Florence de Bonnafos, co-autrice du rap[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi