La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    39 080,55
    -2 418,21 (-5,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Big bang dans les médias

·2 min de lecture

Edition, presse, audiovisuel… L’avènement du numérique a changé la donne : face aux Gafa, l’Europe des médias n’est plus qu’un continent d’empires sur le déclin. Et d’opportunités à saisir.

Un ennemi commun. Des prédateurs milliardaires aux desseins très divers. Un drame qui couve depuis des années – l’appauvrissement général des médias privés français. Et un service public de plus en plus puissant qui rode en coulisses. En ce printemps, le pitch du big bang qui se dessine dans l’industrie tricolore est aussi haletant que la meilleure des séries Netflix. Tous les ingrédients sont réunis pour rebattre les cartes dans le secteur. Sous l’œil attentif, parfois inquiet, des politiques, à quelques mois d’échéances électorales majeures.

Tout s’est accéléré, il y a un an, lorsque le fonds Amber Capital a fait monter la pression chez Lagardère, propriétaire d’Hachette Livre, Europe 1, Le Journal du dimanche, Paris Match… Joseph Oughourlian, son fondateur, y joue les empêcheurs de tourner en rond depuis 2016 (lire page 40). Son offensive du printemps 2020 pour tenter de débarquer Arnaud Lagardère, héritier et gérant, a provoqué des réactions en chaînes. D’abord l’arrivée de Vincent Bolloré, principal actionnaire de Vivendi, qui détient à présent 26,6 % de Lagardère. Puis celle de Bernard Arnault, venu au secours d’Arnaud Lagardère. Le propriétaire de LVMH, lui-même à la tête de son petit groupe de presse (Les Echos, Le Parisien, Radio Classique…) est plus qu’attentif aux grandes manœu­vres – la rumeur lui prête un intérêt pour le JDD et Europe 1. De son côté, Bolloré, pour compléter son empire déjà tentaculaire (Canal+, Havas, Universal Music…), lorgnerait Europe 1, bel instrument d’influence, mais aussi Hachette Livre, qu’il veut unir à sa filiale Editis. Cette perspective a hérissé Arnaud Nourry, patron et farouche défenseur de l’indépendance de Hachette Livre, numéro trois mondial de l’édition. Pour avoir exprimé publiquement son opposition à tout dépeçage, il a été limogé le 29 mars. De quoi ouvrir la voie, premier acte, au mariage avec Vivendi – et au démantèlement de l’empire Lagardère.

Lire aussi

693_montage_bigbangMedia
693_montage_bigbangMedia

Contenus prioritaires

L’amour retrouvé du livre – formidab[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi