La bourse est fermée

Bientôt des magasins AliExpress en France ?

"Nous réfléchissons très sérieusement à l'opportunité d'ouvrir un magasin en France". C’est l’annonce faite par le directeur général France de la Marketplace internationale d’Alibaba, AliExpress, lors d’une interview à LSA. En effet Ning Yang a analysé que "les boutiques physiques restent vraiment importantes pour les consommateurs européens". Ainsi, après avoir ouvert deux magasins de son site marchand en Espagne, à Barcelone ce vendredi 29 novembre, trois mois après celui de Madrid, le géant du e-commerce chinois Ali Baba réfléchit à implanter des boutiques physiques en France.

L’enseigne spécialisée dans la vente de produits à prix bas était depuis sept années réservée aux vendeurs chinois. L’entreprise a finalement décidé de changer de modèle économique il y a trois ans en faisant du "local au local". Un projet appelé en interne "AliExpress 2.0". "Objectif : que des entreprises locales vendent aux consommateurs locaux" selon le directeur général d’AliExpress France. En effet, Ning Yang assure à LSA qu’Alibaba souhaite qu’à terme, "les PME du monde entier se connectent à notre place de marché".

>> À lire aussi - Le chinois Alibaba monte en puissance en France avec AliExpress

Une politique testée dans quatre pays pilotes et finalement déployée l’année dernière seulement. "Pour passer à l'échelle française, il faut s'assurer que tout soit opérationnel, du point de vue technique", assure le directeur général d’AliExpress France. S’ils ont ouvert cette année la Marketplace aux vendeurs français, certaines marques de l'Hexagone ayant pu réaliser des ventes lors du 11 novembre (fête des célibataires en Chine), Ning Yang confesse n’en être "qu'aux balbutiements et à la mise en place de ces nouveaux processus à l'international".

Un concurrent de poids pour Amazon

En effet, en France, le directeur général d’AliExpress assure que son équipe "travaille sur l'infrastructure liée aux vendeurs, la logistique et le paiement". Le but est qu’à terme, les vendeurs français puissent aussi

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Faurecia tire son épingle du jeu dans un secteur automobile en crise : le conseil Bourse du jour
Val-d'Oise : jackpot pour des faux policiers qui arnaquaient des personnes âgées
Tout ce qui change en décembre, l’impressionnante amende que devra payer Ford pour ses véhicules défaillants… Le flash éco du jour
Cher et peu efficace, le grand gaspillage du système éducatif français
Nouvelle cohue en vue avec le retour en rayon du Monsieur Cuisine Connect ?