La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 022,28
    -379,73 (-1,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,2083
    -0,0103 (-0,85 %)
     
  • Gold future

    1 728,10
    -47,30 (-2,66 %)
     
  • BTC-EUR

    39 061,43
    -2 463,16 (-5,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    946,35
    +13,22 (+1,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,88
    -1,65 (-2,60 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 215,36
    +95,93 (+0,73 %)
     
  • S&P 500

    3 823,34
    -6,00 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3944
    -0,0068 (-0,49 %)
     

Bientôt des listes de lecture basées sur le son de votre voix dans Spotify ?

Céline Deluzarche, Journaliste
·1 min de lecture

Jusqu’ici, Spotify vous proposait des chansons en fonction de vos goûts musicaux, de votre historique d’écoute ou de la popularité des morceaux. À l’avenir, il pourrait créer des listes de lecture sur mesure selon le son de votre voix. L’entreprise a récemment déposé un brevet détaillant comment l’environnement sonore (voix mais aussi son ambiant) pourrait servir d’indice pour des recommandations musicales. L’idée est de détecter « l’état émotionnel » de l’utilisateur, l’endroit où il se trouve (par exemple, un bar bruyant ou une chambre au calme) ainsi que ses caractéristiques (sexe, âge…).

Cette technologie est déjà exploitée par Amazon, Google et Apple, qui avaient avoué en 2019 avoir enregistré le moindre détail de vos conversations grâce à leurs enceintes connectées afin d’améliorer leurs algorithmes. Les ambitions des entreprises technologiques dans ce domaine ne manquent pas. Amazon a ainsi planché il y a deux ans sur un bracelet connecté, capable de détecter si l'on est heureux, fatigué ou stressé, pour dispenser des conseils et des informations en conséquence. En 2012, Microsoft réfléchissait déjà à un smartphone répondant aux émotions qui pourrait « ajuster les couleurs de l'écran ou bien jouer un morceau de musique adapté à [son] humeur ».

Tout cela donne l’impression que les géants de la tech récoltent un maximum de données sans toujours bien savoir quoi en faire. Car, au-delà du problème du respect de la vie privée, on peut s’interroger sur la pertinence de ces recommandations « émotionnelles ».

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura