La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 171,65
    -78,67 (-0,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Bientôt la fin de la discrimination positive dans les universités américaines?

GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP - CHIP SOMODEVILLA

La discrimination positive par l’origine ethnique dans les universités de Harvard et de Caroline du Nord est-elle le signe d'un "racisme inversé" qui ne dit pas son nom? C'est sur cette question que doit se prononcer la Cour suprême des Etats-Unis dans les prochains mois. Elle pourrait revenir sur l’affirmative action pratiquée depuis 1978 dans les universités américaines.

La discrimination positive dans les universités américaines est-elle en train de vivre ses dernières heures? La Cour Suprême s’est penchée sur sur la question de la discrimination positive par l’origine ethnique dans les procédures d’admission privées et publiques américaines, celles de Harvard et de Caroline du Nord, lundi 31 octobre 2022, près de vingt ans après le dernier arrêt rendu sur le sujet. La décision finale sera rendue en juin 2023.

En acceptant d’ouvrir de nouveau le débat, la Cour, à majorité conservatrice, se montre prête à reconsidérer la jurisprudence sur la discrimination positive basée sur l’origine ethnique, dans les universités américaines. Sous l’impulsion du militant néoconservateur Edward Blum, à la tête d’une association baptisée "Student for Fair Admission", les universités d’Harvard et de Caroline du Nord sont aujourd’hui accusées de discriminer les étudiants asiatiques au profit des étudiants afro-américains, hispaniques et amérindiens. Patrick Strawbridge, qui a défendu le point de vue de l’association, l’affirme: "La discrimination positive en fonction de l’origine ethnique pénalise les candidats d’origine asiatique".

Un précédent à Harvard en 2019

Pour mémoire, en octobre 2019, cette association avait déjà attaqué Harvard sur les mêmes fondements, mais avait perdu son procès. Vingt ans après les derniers débats sur l’affirmative action, l’intérêt supérieur de la diversité au sein des universités américaines doit de nouveau être démontré, devant une Cour aux questions incisives: "Encore une fois, pouvez-vous me dire ce qu’apporte concrètement la diversité en matière d’éducation?", demande ainsi le juge assesseur de la Cour suprême, Clarence Thomas.

Une problématique ressort: l’absence de données chiffrées, qui prouveraient l’efficacité de telles dispositions. "Comment pouvez-vous parler de diversité sans être en mesure d’avancer des chiffres, puisqu’il n’y a pas de quotas?", souligne ainsi le juge Neil Gorsuch, lors des débats. Mais ce [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi