La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 188,17
    +1 468,43 (+3,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Bientôt des batteries au sodium sans anode : une révolution ?

Edward Back, Journaliste hi-tech
·2 min de lecture

Les chercheurs planchent sur des batteries sodium-ion depuis des années comme une alternative prometteuse aux batteries lithium-ion utilisées dans la plupart des appareils électroniques. En plus d’être plus abondant, et donc moins cher, le sodium (Na) a un impact environnemental largement réduit par rapport au lithium. Toutefois, ces batteries présentent généralement une capacité et une durée de vie plus limitées.

Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Advanced Science, des chercheurs de l’Université Washington de Saint-Louis aux États-Unis sont parvenus à créer une batterie au sodium en supprimant tout simplement l’anode. Elle est remplacée par une feuille de cuivre comme capteur de courant. Plutôt que d’être captés par l’anode, les ions de sodium se transforment en métal puis se plaquent sur la feuille de cuivre. La phase de recharge de la batterie dissout ce métal et les ions retournent à la cathode. La suppression de l’anode permettra de réduire considérablement la taille des batteries.

Une cellule capillaire unique au monde

Un problème courant dans les accumulateurs est la formation de dendrites, des structures qui poussent sur les électrodes comme des branches d’arbres et réduisent les performances, et peuvent conduire à des courts-circuits. Les prototypes de batteries similaires avaient également souffert de bulles de gaz, des mousses ou des particules de métal déconnectées.

Afin de mieux comprendre ce mécanisme, les chercheurs ont créé un outil unique, une « cellule capillaire » transparente. Plutôt que de fabriquer des prototypes d’accumulateurs, puis les détruire pour analyser l’évolution de la structure interne, cette cellule capillaire permet de suivre le fonctionnement en direct. « Toutes les instabilités de la batterie s’accumulent pendant le fonctionnement, a affirmé Peng Bai qui a dirigé la recherche. Ce qui compte vraiment est l’instabilité durant le processus dynamique, et il n’existe aucune méthode pour le caractériser. »  La création de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura