Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    36 054,43
    -70,13 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    14 146,71
    -83,20 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    33 445,90
    +670,08 (+2,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0767
    -0,0036 (-0,33 %)
     
  • HANG SENG

    16 463,26
    +135,40 (+0,83 %)
     
  • Bitcoin EUR

    40 684,38
    -255,11 (-0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    892,72
    +650,04 (+267,86 %)
     
  • S&P 500

    4 549,34
    -17,84 (-0,39 %)
     

Comment bien stocker son bois de chauffage ?

istockphoto PaulMaguire

Le bois de chauffage est encore utilisé par de nombreux ménages en France. Dans son rapport "Étude sur le chauffage domestique au bois" publié en 2018, l'ADEME indiquait que "24 % des ménages français, soit 6,8 millions de ménages ont utilisé du bois de chauffage au cours des douze derniers mois, dont près de la moitié (47 %) en chauffage principal". Pour conserver son bois convenablement et qu'il reste bien sec, quelques règles sont à respecter.

Le bois de chauffage a un ennemi principal : l'humidité. Pour qu'il reste bien sec, il faudra donc qu'il soit toujours éloigné des lieux humides. Selon Promesse de fleurs, une pépinière du Nord, "il convient de ne pas faire sécher son bois dans un hangar, une cave ou un garage" car ces lieux sont trop humides et où l'air ne circule pas beaucoup. Il vaut mieux donc le stocker sous une bâche, un abri ou un auvent. Il faut le protéger au maximum de la pluie qui tombe mais aussi de l'humidité du sol. Il convient donc de placer le bois sur des palettes, résistantes, pour ne pas qu'elles s'écrasent sous le poids du bois.

Pour que l'air puisse bien circuler entre les bûches et surtout pour qu'elles ne tombent pas surtout quand elles sont sous une bâche, une technique existe. "Sur les extrémités de votre rangée de bois, on vous conseille ainsi d’aligner les bûches de manière classique pour le premier niveau. Puis, sur le deuxième niveau, de positionner les bûches perpendiculairement aux premières. Avant de revenir à l’alignement classique pour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite