La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 569,16
    -97,10 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,37
    -74,77 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    33 290,08
    -533,37 (-1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -10,90 (-0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    30 090,14
    -1 887,41 (-5,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,52
    -51,42 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,46 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 448,04
    -279,63 (-1,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,47
    -135,96 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 030,38
    -130,97 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 166,45
    -55,41 (-1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 964,08
    -54,25 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 801,27
    +242,68 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,3809
    -0,0115 (-0,83 %)
     

Biden et l'Europe: une lune de miel raisonnée entre deux vieux amants

·2 min de lecture

Comme en atteste la proposition de taxation des multinationales, auquel s'est rallié Washington, Joe Biden est parvenu à réenflammer une relation transatlantique mise à mal par Donald Trump. La lune de miel est bien réelle mais fragile, et lucide. Face à la Chine et la Russie, l'erreur n'est pas permise.

C'est une lune de miel, mais une lune de miel sur les chapeaux de roues avec, peut-être, un flingue caché sous l'oreiller. Entre Joe Biden et l'Europe, aucun doute, le courant passe. C'est bien le moins, après le , auquel a succédé "le président américain le plus transatlantiste depuis des décennies", dixit Erik Brattberg, expert à la Fondation Carnegie pour la paix internationale. Et même si les Européens s'étaient réjouis de l'élection de Biden, ils sont bluffés par l'offensive de charme: déplacements multiples à Bruxelles et dans les capitales européennes du Secrétaire d'Etat Antony Blinken, participation de Biden, via un lien vidéo, au Conseil européen de mars –du jamais vu depuis 2001–, sommet américano-européen des chefs d'Etat et de gouvernement le 15 juin, aux allures de premier sommet des démocraties... Armé de son sourire Colgate, Joe sait y faire.

Personne n'est naïf: les arrière-pensées, intérêts égoïstes et calculs cyniques sont bien là, même si l'on a jeté un drap pudique dessus. Mais avant de parler des pièges et complications, il faut revenir sur ce qui a été accompli depuis janvier. Pour une période aussi courte, la liste est impressionnante. Sur le plan diplomatique, Washington et l'Europe ont parlé d'une seule voix sur les violations de la Chine au Xinjiang, le piratage d'un avion par la Biélorussie et les sanctions contre Moscou.

Malgré le gros coup de froid dans les relations entre l'UE et la Chine, , l'Union européenne ne souhaite pas se laisser trop embarquer dans le bras de fer Chine-Etats-Unis. Qu'à cela ne tienne, rassure Blinken, "nous ne forcerons pas les alliés à un choix "eux-ou-nous" à propos de la Chine." Même souplesse américaine, s'agissant de la Russie, . "Une mauvaise idée", a dit Biden, mais comme le chantier est fini à 95%, Blinken estime qu'il est "dans l'intérêt national des Etats-Unis" de lever les sanctions américaines contre Nord Stream 2 et ses responsables.

Taxe internationale

Sur le plan économique, bien des choses ont [...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles