La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 736,13
    +1 395,06 (+2,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Biden face à Trump : un dernier débat sans vainqueur

Audrey Morellato, Thomas Snégaroff
·1 min de lecture

Donald Trump et Joe Biden se sont affrontés dans la nuit de jeudi à vendredi, à Nashville. Le débat était beaucoup moins agressif que le premier, fin septembre. "Chacun a parlé après l'autre, ils ne se sont pas coupé la parole", constate Thomas Snégaroff, historien et spécialiste des Etats-Unis.

"A dix jours du vote, ce débat ne nous apprend pas grand chose", indique Thomas Snégaroff. 50 millions d'Américains ont déjà voté par anticipation et seulement "2 à 5% des Américains sont indécis, précise-t-il. Dans ces conditions, les candidats s'adressent à leur électorat, ils ne vont pas chercher des voix chez les autres."

Chacun s'est adressé à son public

"D'un côté, Donald Trump s'est présenté comme un outsider, alors qu'il est président depuis quatre ans, et a présenté Joe Biden comme un vieux politicien, un ancien vice-président qui n'a 'rien fait' pendant ses mandats", explique Thomas Snégaroff. Donald Trump a aussi accusé son adversaire, ainsi que sa famille, de corruption.

Joe Biden répond "par l'empathie, en s'adressant directement aux Américains. L'enjeu de la nuit, pour lui, c'était d'apparaître 'présidentiel' et il ne fallait pas tomber dans le jeu des petites phrases et des attaques personnelles", analyse l'historien.

Le pétrole, un argument qui pèse

"Vers la fin du débat, Joe Biden s'est dit favorable à une sortie des énergies fossiles. Bien sûr, il a (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi