Marchés français ouverture 6 h 7 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 270,35
    -248,83 (-0,87 %)
     
  • EUR/USD

    1,2083
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 469,61
    -104,25 (-0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    29 789,60
    +9,45 (+0,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,73
    -33,41 (-4,54 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

En Biélorussie, une répression systémique

·1 min de lecture

Assise dans le salon cossu d’une maison de campagne aux alentours de Minsk, Olga Mazur n’a rien d’une fugitive. Pourtant, convoquée au commissariat pour une "conversation" dont elle ignore le motif, cette opposante vit cachée depuis deux semaines, téléphone éteint. Incarcérée quelques jours au début du mois de novembre en raison de sa participation aux manifestations, elle redoute une nouvelle confrontation avec le système judiciaire.

Mais c’est surtout l’avenir de son bar branché dans le centre-ville de la capitale qui inquiète Olga. En l’espace d’un mois, l’établissement a déjà fait l’objet de trois fermetures administratives par les autorités. "J’ai peur pour mon bar, confie la jeune patronne. Le régime est en train de tuer mon activité à cause de mon engagement politique."

Alexandre Loukachenko veut purger la société des éléments protestataires

Comme Olga, une dizaine de propriétaires de bars ou de restaurants de la capitale biélorusse ont été contraints de fermer dans les semaines qui ont suivi l’appel à la grève générale lancé par la cheffe de l’opposition, Svetlana Tikhanovskaïa, le 26 octobre. Officiellement sanctionnés pour non-respect des réglementations sanitaires, ces gérants sont en réalité ciblés pour leur position anti-régime.

Lire aussi - TRIBUNE. "N'oublions pas la Biélorussie"

Condamnés à de lourdes amendes, ils multiplient les recours administratifs dans l’espoir d’obtenir la réouverture de leur établissement. Dans l...


Lire la suite sur LeJDD