La bourse ferme dans 7 h 12 min
  • CAC 40

    6 412,95
    -157,24 (-2,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 039,77
    -91,07 (-2,20 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,42 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1714
    -0,0018 (-0,15 %)
     
  • Gold future

    1 754,20
    +2,80 (+0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    38 369,58
    -3 051,66 (-7,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 119,09
    -106,44 (-8,69 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,05
    -0,92 (-1,28 %)
     
  • DAX

    15 161,34
    -328,83 (-2,12 %)
     
  • FTSE 100

    6 861,45
    -102,19 (-1,47 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,93 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,75 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 099,69
    -821,07 (-3,29 %)
     
  • GBP/USD

    1,3665
    -0,0072 (-0,52 %)
     

Bezos, Musk... Le syndrome du patron-roi se propage dangereusement

·2 min de lecture

Les PDG stars comme Jeff Bezos et Elon Musk se comportent de plus en plus comme des monarques absolus. Sûrs de leur génie et refusant de se poser des limites. Robert Maxwell ou Carlos Ghosn avaient les mêmes travers… avant de sombrer.

Al’image d’Henri le Navigateur qui finança les expéditions portugaises au xve siècle, ou de Ferdinand et Isabelle de Castille qui permirent à Christophe Colomb d’organiser ses voyages, les patrons milliardaires d’aujourd’hui semblent férus d’aventures et d’explorations : Richard Branson et Jeff Bezos sont déjà allés aux confins de l’atmosphère ; père du programme SpaceX, Elon Musk envisage de coloniser Mars ; et tous se battent pour décrocher des contrats d’expédition sur la Lune.

La ressemblance avec les anciens monarques ne se limite pas à l’exploration. Comme autrefois, les magnats du xxie siècle édifient leurs propres monuments, qu’il s’agisse de gratte-ciel comme à Londres ou New York, ou de vastes campus et sièges futuristes dans la Silicon Valley. En guise de cabriolets et carrosses, ils utilisent limousine, jet privé ou yacht pour se distinguer du vulgum pecus.

Comme les rois de jadis, ils doivent affronter des rivaux puissants et parfois envieux. Les conseils d’administration et comités exécutifs sont peuplés d’ambitieux, qui remplacent les anciens barons féodaux. Le risque existe toujours de perdre sa couronne, mais la probabilité d’être décapité dans ce cas est bien plus faible que celle d’empocher de généreuses indemnités. Le grand patron règne comme le Roi-Soleil, son entourage étant réglé sur ses faits et gestes : si un PDG envoie un mail à 5 heures du matin, un de ses subordonnés se sentira obligé forcément de répondre sur-le-champ.

Autre parallèle : l’arrogance. Quand il n’aimait pas ce qu’on lui servait, le magnat Robert Maxwell balançait son assiette par terre. Et tel Louis xiv interceptant le courrier de ses courtisans, il espionnait les conversations téléphoniques de son personnel.

Il y a également les fêtes fastueuses. Les patrons modernes engagent fréquemment des rock stars pour leur anniversaire. Carlos Ghosn, le patron déchu de Renault Nissan, a même organisé une soirée extravagante dans la demeure du Roi-Soleil à Versailles. Les dynasties ro[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles