La bourse ferme dans 6 h

Best Worksplaces : le secret des entreprises pour avoir ce label

Elles évitent les situations de surmenage

Pour éviter les burn-out, les RH sont aux aguets. «Cela arrive rarement, car nous sommes dans l’anticipation, explique Pauline Barnouin, responsable recrutement et développement RH du groupe Leboncoin. La charge de travail de nos salariés est raisonnable, leurs objectifs sont clairs.» Et ils peuvent compter sur leur hiérarchie : «En cas de problème avec un client, nos consultants sont soutenus par la direction», souligne Maryline Ciavatti, responsable RH de Yélé Consulting, cabinet de conseil en transition énergétique.

Elles militent pour le respect des horaires

Un quart des cadres arrivent avant 8 heures au travail et 20% y sont encore à 19 heures, selon une étude Cadremploi (2018). De longues journées pouvant mener à la surcharge. Chez Leboncoin, il est tout simplement interdit de travailler avant 8 heures ou après 21 heures et d’amener son ordinateur pro chez soi. Utopies, conseil en développement durable, a mis en place une «charte de la déconnexion». «Avant 8 heures et après 19 heures, durant les week-ends et les congés, le manager n’a pas à joindre un salarié», estime Anaïs Denoits, directrice associée.

>> À lire aussi - Trop travailler est-il mauvais pour sa santé… et celle de son entreprise ?

Elles proposent des bureaux centraux et accessibles

Près de 75% des cadres d’Ile-de-France passent plus de trente minutes par jour dans les transports. Pour soulager les équipes, un siège accessible est un bon point. Celui de l’éditeur de logiciels Salesforce est installé près de la tour Eiffel, celui du cabinet de conseil Wavestone à la Défense et celui de Novencia, conseil en systèmes et logiciels informatiques, non loin de la Bourse. De son côté, Yélé Consulting a déménagé pour se rapprocher de la gare de Nanterre, proche de Paris comme de la Défense.

Elles laissent de l’autonomie en matière d’organisation

Du télétravail à discrétion permet de rendre les équipes autonomes et libres de leurs mouvements. «Nous proposons du “flexible working”,

(...) Cliquez ici pour voir la suite