La bourse est fermée

Bernard Arnault relance la guerre des palaces

Le directeur du Mandarin Oriental, Philippe Lebœuf, a l’habitude de faire visiter son établissement, qu’il préside depuis son inauguration en 2011. De conception récente, le lieu est certes un peu froid. Mais c’est bien un cinq-étoiles "palace", avec ses 138 chambres et suites dernier cri, sa table étoilée signée Thierry Marx, et bien sûr son emplacement parfait : rue Saint-Honoré, à une centaine de mètres de la place Vendôme. Il y a quelques mois, ce Français au flegme fort britannique – il a dirigé le Claridge’s de Londres – a pourtant, il l’avoue volontiers, transpiré à grosses gouttes. "Bernard Arnault m’a demandé de lui faire faire un tour complet de l’hôtel, des cuisines aux communs, se souvient-il. Cela a duré 1 heure 30, au pas de course ; monsieur Arnault était extrêmement bien renseigné et posait des questions très précises et pertinentes. Jamais dans ma longue carrière, personne ne m’avait mis autant sous pression !"

Si le puissant patron de LVMH s’est mis, ces dernières années, à inspecter les palaces avec l’extrême minutie qui le caractérise – il les a, nous dit-on, tous visités –, ce n’est pas uniquement par plaisir. Mais parce qu’il ouvrira, ce printemps, son Cheval Blanc Paris, dans l’ancienne Samaritaine, au terme de quinze ans de travaux. Cet hôtel de très grand standing comprendra seulement 72 chambres et suites. Toutes auront une vue sur la Seine, Notre-Dame ou la tour Eiffel. "Ce sera notre vaisseau amiral", lance Olivier Lefebvre, le directeur de Cheval Blanc, qui a passé plusieurs nuits sur place pour tester la literie et l’isolation phonique du bâtiment. "Dans ce métier, il faut ouvrir quand on est prêt", poursuit-il. "Monsieur Arnault m’a donné carte blanche pour créer une parenthèse de bonheur, abonde Arnaud Donckele, le chef triplement étoilé chargé des fourneaux. Je vais donner tout ce que j’ai !" L’enjeu est de taille. Le deuxième homme le plus riche du monde a investi, au total, 750 millions d’euros pour réinventer la Samaritaine. Et il inspecte

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Y a-t-il trop de syndicats en France ?
Coronavirus : le Louvre est fermé "jusqu'à nouvel ordre"
Montpellier, Bordeaux, Marseille… ces métropoles où les candidats En Marche vont dans le mur
Coronavirus : votre employeur peut-il vous forcer à poser des congés ou des RTT ?
Les actions américaines engagées dans un marché baissier ? : le conseil Bourse du jour