La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 816,70
    -299,70 (-0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 760,54
    -0,76 (-0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 584,08
    -57,75 (-0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1843
    -0,0025 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    26 426,55
    +231,73 (+0,88 %)
     
  • BTC-EUR

    33 163,54
    +720,43 (+2,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    967,73
    +40,96 (+4,42 %)
     
  • S&P 500

    4 404,62
    -18,53 (-0,42 %)
     

Bentley Blower Continuation : les Anglais construisent une machine à remonter le temps

·2 min de lecture

Bentley propose à ses clients blasés de renouer avec le sens du merveilleux en conduisant le nec plus ultra de sa production de... 1929. Une manière de mettre en lumière l'ampleur des progrès accomplis depuis.

Rien de mieux qu’une bonne séance de musculation au volant d’une Bentley trépidante des années 1930 pour apprécier le niveau de confort et de sûreté que distille sa lointaine descendante de 2021. Pour qui s’est habitué à la facilité de conduite de la Bentley Flying Spur — berline la plus rapide du moment — et à la poussée démoniaque des 635 chevaux de son moteur à 12 cylindres, il est rafraîchissant de s’offrir des sueurs froides aux commandes de la Bentley Blower Car Zero, reproduction fidèle du modèle pieusement conservé par le constructeur, qui participa à l’édition 1930 des 24 Heures du Mans.

A la manière des généticiens du célèbre roman de Michael Chrichton, “Jurassic Park” (1990), qui ramènent les dinosaures à la vie, les ingénieurs de Bentley ont reconstitué pièce par pièce l’un des monstres sacrés de l’histoire de l’automobile. Douze autres exemplaires seront assemblés à la main, de sorte à ce qu’une poignée d’amateurs fortunés puissent s’offrir le plaisir rare d'humer le parfum du neuf, à bord d’un bolide conçu à la fin des années 1920.

Quand Jaguar et Aston Martin font renaître leurs bolides des années 60, Bentley remonte jusqu’à 1929

Bentley a décidé, en 2019, d’emboîter le pas à ses compatriotes Jaguar et Aston Martin, pour sacrifier à la tendance à faire revivre les icônes du passé. En 2015, Jaguar ouvrait le bal en assemblant les sept exemplaires de la fameuse version allégée (“lightweight”) de sa Type E, que les amateurs attendaient depuis quarante ans. De quoi encourager Aston Martin à reproduire méticuleusement — et à prix d’or — les modèles les plus emblématiques de son histoire : les coupés DB4 GT, DB4 GT Zagato et DB5 du film Goldfinger.

Lire aussi

Pour les gens de Bentley, le choix du modèle à reproduire ne faisait pas de doute : il fallait commencer par la Bentley Blower préservée par le constructeur dans sa propre collection. Cet exemplaire surnommé “Team Car Number 2” est le second des cinq qui coururent, sur une série de cinquante-cinq Be[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Nous avons conduit l’Aston Martin DB5 de James Bond dans GoldfingerAprès Jaguar, Rolls-Royce convertit ses vieilles gloires à l’électriqueA l’agonie, Jaguar rêve d'électriques aussi belles que ses Type E et XJ d'antanAux abois, Aston Martin s’essaie au SUV de grand luxeNous avons essayé la Bentley Flying Spur, berline la plus rapide au monde

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles