Marchés français ouverture 5 h 47 min
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 595,04
    +47,99 (+0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0446
    +0,0008 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    28 751,52
    -1 104,35 (-3,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    672,53
    +429,85 (+177,13 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

Qui est Benoit Bazin, le successeur de Chalendar, à la tête de Saint-Gobain ?

·2 min de lecture

A la tête du géant des matériaux de construction depuis l'été, le polytechnicien n'a pas attendu pour y faire ses preuves. Energique, solide, persuadé que la "vitesse d'exécution est la clé de tout". Quitte à paraître implacable.

Ce 5 janvier 2022, entre un conseil de défense sur le Covid-19 et un entretien avec les représentants des cultes, Emmanuel Macron prend le temps de déjeuner avec la nouvelle garde du capitalisme français. Autour de la table élyséenne, Catherine MacGregor (Engie), Rodolphe Belmer (Atos), Nicolas Hieronimus (L'Oréal), Valérie Baudson (Amun-di) ou encore Benoit Bazin, qui a pris les rênes de Saint-Gobain l'été précédent. n'est pas le grand patron le plus médiatique de l'assemblée, mais il parle sans détour au chef de l'Etat: il défend la hausse des salaires des enseignants, le sauvetage des mathématiques et la relance de l'industrie made in France, un chantier pour lequel il salue l'action du président de la République et de son ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Image Macron-compatible

"Benoit Bazin, c'est le patron moderne, mais c'est aussi - et cela le distingue peut-être de certains dirigeants du CAC 40 -, un homme avec des convictions très profondes sur le patriotisme industriel et l'innovation", loue l'entourage du locataire de Bercy. Une image Macron-compatible pour ce fils de médecins progressistes, qui a vu ses parents "heureux" le 10 mai 1981 et ne fait guère mystère du bulletin qu'il placera dans l'urne le 24 avril pour "contrer les extrêmes".

En avril 2016, avec le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, sur le site de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle).

Quelques mois plus tôt, le conseil d'administration du géant des matériaux de construction a tranché entre trois candidats maison, tous polytechniciens, comme Jean-Louis Beffa, aux manettes de 1986 à 2007. , qui l'a embauché vingt-deux ans plus tôt et dont il est le bras droit. Son principal challenger est Laurent Guillot, 51 ans, X-Ponts comme lui. La tension est palpable entre les deux rivaux. Outsider, Guillaume Texier, 47 ans, X-Mines, part de plus loin et sera débauché par le groupe de matériel électrique Rexel à peine le vainqueur désigné. "Quand Benoit a été choisi, je pensais qu'il s'appuier[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles