Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 478,04
    -169,06 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,0699
    -0,0044 (-0,41 %)
     
  • Gold future

    2 349,60
    +31,60 (+1,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 891,84
    -1 662,50 (-2,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 377,07
    -40,80 (-2,88 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,57
    -0,05 (-0,06 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 652,79
    -14,77 (-0,08 %)
     
  • S&P 500

    5 420,02
    -13,72 (-0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2684
    -0,0077 (-0,60 %)
     

Benjamin Brière et Bernard Phelan, otages en Iran, ont été libérés

Benjamin Brière a été arrêté en Iran en 2020.

Le Quai d’Orsay les considérait comme des « otages d’État » ou des « otages diplomatiques ». Quatre Français restent dans la même situation.

DIPLOMATIE - La fin d’un très long calvaire. Benjamin Brière et Bernard Phelan, détenus arbitrairement en Iran et considérés comme des otages diplomatiques ont été libérés, a annoncé le ministère des Affaires étrangères ce vendredi 12 mai. Ils sont en route pour la France.

Cela faisait trois ans que le premier, arrêté en mai 2020 pour avoir des pris des photographies, était détenu dans le nord-est du pays. Malgré son acquittement des accusations d’espionnage en février dernier, le Français de 38 ans était toujours maintenu en détention. Il avait entamé une grève de la faim.

« Il était dans un état physique tout à fait déplorable », a détaillé son avocat Me Philippe Valent à franceinfo, qui rappelle : « On était sur une grève de la faim de plus de 100 jours. Donc un état d’épuisement absolu mais heureusement encore transportable pour pouvoir monter dans cet avion ». Pour Philippe Valent, « on était à quelques jours d’une catastrophe ».

Quant au second, un Franco-irlandais de 64 ans, il a été arrêté en octobre après le début des manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa Amini. Il était accusé d’avoir « fourni des informations à un pays ennemi », ce qu’il a toujours nié. Il expliquait être en Iran pour son activité de consultant pour un tour-opérateur.

PUBLICITÉ

Bernard Phelan souffre de problème cardiaque et d’une pathologie osseuse nécessitant une prise en charge médicale. Une grève de la faim et de la soif début janvier avait accéléré la dégradation de son état de santé. Il avait recommencé à boire et mangé à la demande de sa famille.

« Libres, enfin. Benjamin Brière et Bernard Phelan vont retrouver leurs proches. C’est un soulagement. Je salue leur libération. Merci à tous ceux qui ont œuvré à cette issue. Nous continuerons à agir pour le retour de nos compatriotes encore détenus en Iran », a écrit Emmanuel Macron sur Twitter.

« Merci à tous ceux qui ont œuvré à cette issue », a tweeté Emmanuel Macron. « À l’occasion d’un échange ce matin avec mon homologue iranien, M. Hossein Amir Abdollahian, j’ai remercié tous ceux qui ont œuvré à ces libérations », a également fait savoir sa ministre des Affaires étrangères.

Encore quatre Français en prison

« Ils ont bénéficié d’une prise en charge médicale dès leur sortie de prison. Je me réjouis qu’ils puissent retrouver prochainement leurs proches à Paris », a indiqué la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, soulignant « la détermination de la France » pour faire libérer quatre autres Français encore retenus en Iran.

« Bernard Phelan a été libéré de prison en Iran et est maintenant sur le chemin du retour vers sa famille. Les sept derniers mois ont constitué une épreuve très difficile pour Bernard et sa famille et je suis heureux et soulagé qu’elle soit maintenant terminée », a s’est aussi réjoui le chef de la diplomatie irlandaise Micheal Martin dans un communiqué.

Avec cette double libération, quatre Français qui restent détenus en Iran sont toujours considérés comme des « otages d’État » ou des « otages diplomatiques » par les autorités françaises. Parmi eux, l’enseignante Cécile Kohler et son compagnon Jacques Paris ainsi que Louis Arnaud. Le nom du quatrième otage n’est pas connu.

Par ailleurs, la chercheuse Fariba Abdelkah condamnée à 5 ans de prison en 2019 a été libérée en février. Elle n’a cependant toujours pas pu quitter le pays.

À voir également sur Le Huffpost :

En Iran, les femmes non voilées vont être traquées par des caméras de surveillance En Iran, Téhéran a fermé 150 commerces en 24h pour non-respect du voile obligatoire

VIDÉO - Iran : libération des otages français, Benjamin Brière et Bernard Phelan en route pour Paris