La bourse est fermée

Belgique : des lingots d'or à la place des fèves dans des galettes

Deux galettes parmi les 1.000 que va préparer la boulangerie "Le grain de plaisir" d’Espierre-Helchin seront "gagnantes".

C’est une initiative qui risque d’attirer des clients. Le couple de gérants de la boulangerie "Le grain de plaisir" d’Espierre-Helchin en Belgique, située à quelques kilomètres de la frontière française, a décidé de remplacer des fèves de ses galettes par un objet particulier. Comme l’explique La Province, des lingots en or 18 carats vont être cachés dans deux des quelque 1.000 galettes qui sont prévues pour l’Epiphanie. "Être gourmand n’a jamais été aussi alléchant" peut-on lire sur la page Facebook de la boulangerie.

Actu.fr précise qu’il faudra acheter sa galette lors des deux premiers week-ends de janvier (4-5 janvier et 11-12 janvier) pour espérer avoir la chance de tomber sur cet improbable cadeau de début d’année. Ce n’est d’ailleurs pas la seule initiative de ce genre en Belgique. A Bruxelles, six pièces en or 18 carats seront cachées dans les galettes vendues par la pâtisserie De Weerdt, révèle La Libre. L’établissement avait déjà procédé de la sorte l’année passée : de quoi lui assurer un joli coup de publicité et une file de clients devant son magasin. II n’est toutefois pas précisé à combien est estimée cette "fève" particulière.

L’année dernière, plusieurs boulangeries et pâtisseries françaises avaient aussi remplacé les fèves par de l’or (pièces ou lingots) dans des galettes. C’était le cas à Janzé, en Ille-et-Vilaine, à en croire France Bleu, ou encore dans plusieurs boulangeries dans l’Essonne, selon Le Parisien. A chaque fois, la valeur de cette "fève" particulière était estimée à quelques centaines d’euros. Cette année, le célèbre boulanger Pierre Hermé va permettre à certains chanceux qui achèteront sa galette de participer à un tirage au sort pour gagner le bracelet Lucky Move du joaillier Messika Paris, révèle Le Figaro. Coût estimé du bijou : un peu moins de 2.000 euros(...)

Retrouvez l’article sur Capital

Ce contenu peut également vous intéresser :