La bourse ferme dans 7 h 41 min
  • CAC 40

    6 634,74
    -12,57 (-0,19 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 920,08
    -1,19 (-0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 781,48
    +183,56 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,0571
    +0,0011 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    1 803,30
    +1,80 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    16 280,34
    +243,12 (+1,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    405,79
    +11,10 (+2,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,88
    +0,42 (+0,59 %)
     
  • DAX

    14 288,22
    +23,66 (+0,17 %)
     
  • FTSE 100

    7 457,35
    -14,82 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 082,00
    +123,45 (+1,13 %)
     
  • S&P 500

    3 963,51
    +29,59 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 900,87
    +450,64 (+2,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2237
    -0,0001 (-0,00 %)
     

Belambra va proposer une offre "all inclusive" pour se relancer

Wikimedia Commons

Le groupe a fêté ses 40 ans en début d'année. Anciennement VVF Villages, Belambra Clubs est plus récent (avec son changement de nom en 2008) et est aujourd'hui le quatrième acteur du secteur derrière le Club Med, Pierre et Vacances ainsi que Center Parcs. Pour l'hôtellerie, le rebond du tourisme et le nouvel attrait de la France après la pandémie de Covid-19 est une bonne nouvelle. Et donc propice aux investissements, décrypte Les Échos. Raison pour laquelle Belambra espère encore plus se relancer avec notamment l'ouverture de deux clubs de vacances supplémentaires, le premier à Flaine en Haute-Savoie, et le second aux Deux-Alpes, en Isère. Ouverture prévue fin 2023.

Dans le même temps, Belambra avait engagé un programme de rénovation d'un budget global de 30 millions d'euros et qui devrait être achevé à l'hiver 2023. Mais surtout, le groupe revoit son modèle sur trois de ses sites en offrant dès cet hiver une offre "All inclusive". Cette formule comprendra la pension complète, les boissons à volonté et un accès aux clubs enfants, faisant des sites de Tignes, d’Avoriaz et des Arcs 1.800 des sites classés haut de gamme ("5B"). Pour le président du groupe, Alexis Gardy", interrogé par Les Échos, cette nouvelle formule "répond aux attentes d'une clientèle qui est à la recherche de services" et des familles "qui aiment le modèle mais qui n'avaient plus les moyens ou l'envie".

Pourtant, pour se payer une semaine sur ces sites, il faudra tout de même débourser entre 6.000 et 7.000 €. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Action : le discounter propose maintenant une carte de fidélité
"La récession paraît inévitable pour juguler l’inflation galopante"
Elon Musk voudrait faire payer les utilisateurs de Twitter pour avoir un compte vérifié
Le marché funéraire, une activité en pleine forme
Des prévisions en hausse pour la compagnie aérienne japonaise ANA