La bourse ferme dans 1 h 52 min
  • CAC 40

    5 815,17
    +5,44 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 707,43
    -0,29 (-0,01 %)
     
  • Dow Jones

    31 453,13
    +61,61 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,2060
    -0,0028 (-0,23 %)
     
  • Gold future

    1 713,00
    -20,60 (-1,19 %)
     
  • BTC-EUR

    42 399,25
    +1 457,43 (+3,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 020,93
    +32,83 (+3,32 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,76
    +1,01 (+1,69 %)
     
  • DAX

    14 061,09
    +21,29 (+0,15 %)
     
  • FTSE 100

    6 639,72
    +25,97 (+0,39 %)
     
  • Nasdaq

    13 309,72
    -49,07 (-0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 865,75
    -4,54 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3965
    +0,0009 (+0,06 %)
     

"Beauvau de la sécurité" : "Si nous n'avons pas de réponse claire, nous quitterons la concertation", déclare le syndicat Alliance Police nationale

franceinfo
·1 min de lecture

En ce jour de lancement du "Beauvau de la sécurité", la grande concertation nationale consacrée notamment aux conditions de travail de la police et la gendarmerie, le délégué général du syndicat Alliance Police nationale Fabien Vanhemelryck, invité de franceinfo lundi 25 janvier, décrit les attentes des policiers.

Il évoque "la transparence de la justice par la création de cet observatoire, la transparence de toutes les décisions qui sont prises dès lors où on agresse un policier. On connaît peu les peines réellement appliquées contre ceux qui agressent les policiers", détaille Fabien Vanhemelryck.

"Aujourd'hui, on sanctionne peu ceux qui agressent les policiers. Et dès qu'on sanctionne peu, c'est un sentiment d'impunité qui est là pour ceux qui nous agressent."

Fabien Vanhemelryck

à franceinfo

"Le policier, pour être respecté, il faut qu'il soit respectable. Mais ce n'est pas le cas aujourd'hui. Dès l'instant où on peut, en toute impunité, agresser un policier, on peut imaginer comment ça se passe avec le simple citoyen", conclut le délégué général du syndicat Alliance Police nationale.

Interrogé sur les affaires où les policiers sont les agresseurs présumés, comme avec le producteur passé à tabac à Paris cet automne ou le camp de migrants démantelé place de la République à Paris, Fabien (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi